ishot-2

Des manifestants prorusses (eh oui !) à Sévastopol se retrouvent confrontés aux lois russes et c'est la douche froide : ils n’ont pas demandé l’autorisation de tenir un meeting contre la corruption (déjà !) mais refusent d’obéir à l’injonction du policier venu de Moscou qui leur annonce qu’ils doivent se conformer aux lois de la Fédération Russe et se disperser puisqu'ils n'ont pas l'autorisation requise.  A la demande du plus excité, il se présente, donne son nom, montre sa carte et s’entend dire « Mais qu'est-ce qui nous prouve que vous ne représentez pas la junte de Kiev  ? » Le policier est indigné, exige qu’on arrête de l’insulter et de le provoquer, le même excité lui assène alors, les larmes dans la voix : « Vous n’avez qu’à retourner à Moscou, ici, c’est Sévastopol et jusqu’au 1er janvier, c’est une période transitoire, vos lois ne nous concernent pas ! Un pouvoir fasciste a été remplacé par un autre pouvoir fasciste ! On s’est battu pour avoir la liberté et on se retrouve dans un état policier ! » (Le laisser-aller méridional criméen avait son charme, mais la récréation est finie et la liste des déceptions à venir ne fait que commencer ...)

En toute sincérité, et ce n’est pas de l’ironie, tous mes compliments à ce policier russe pour sa politesse et sa patience. La vidéo est sur cette page :

http://gordonua.com/news/crimea/Moskovskie-policeyskie-razognali-prorossiyskiy-miting-v-Sevastopole-20345.html