Pendant que certains terroristes quittent (fuient ?) Donetsk dans la direction de Zougrès :

https://www.youtube.com/watch?v=UBrTsROk5UQ#t=11

D'autres terroristes, qui se sont enfuis en Russie, se plaignent qu'à Rostov on ne les soigne pas, qu'on ne les nourrisse pas et qu'on les fasse dormir par terre. Ils sont déçus, déçus, vous ne pouvez pas imaginer à quel point !

https://www.youtube.com/watch?v=Q0oYJAyA9bk

Quant à Strelkov, qui ne digère pas d'avoir été rétrogradé par Zakhartchenko, il menace ses commanditaires russes : « Si vous ne nous aidez pas immédiatement, on lâche Antratsyt et on rentre chez nous … » Mais comment va-t-il se nourrir, dans son deux-pièces de la banlieue de Moscou, du moins s’il ne se mange pas une balle avant ... ?

ishot-4

Car, concernant le panier de la ménagère, les russes commencent à se poser des questions … et à se souvenir, comme ici la journaliste et écrivainTatiana Tolstaïa :

http://www.kasparov.ru/material.php?id=53E717C3B0A57

« Début des années 80, je vais au magasin de produits alimentaires rue Chokalsky. Il n’y a pas grand chose : de la margarine, des os de viande de bœuf et des boîtes de conserve "Petit déjeuner au poisson du campeur". (Mes chers contemporains, vous vous souvenez de ces conserves ? On les ouvrait au couteau et on y découvrait des sortes d’yeux blancs qui nageaient dans l’huile.) Je m’approche du comptoir "oeufs et poissons". Des plateaux en carton pleins d’œufs forment une pile qui va jusqu’au plafond. La vendeuse, les bras croisés, me regarde d’un air courroucé, comme la Tsarine Sophie sur le célèbre tableau. Je lui demande de me donner une dizaine d’œufs. Après un silence, elle me répond "y en a pas." Je lui montre du doigt la pyramide à côté d’elle : "et ça, ce ne sont pas des œufs ?" Encore un silence. "C’est pas des œufs", daigne-t-elle répondre enfin. Puis elle crie : "c’est des œufs pourris !"

ishot-2

D’accord. Je vais au rayon "beurre", j’avais un peu d’espoir. Comme les autres clients, je découvre le comptoir absolument vide. Une petite vieille soupire, à côté de moi "c’est bien, y a pas de beurre, donc on n'aura pas la guerre …"

Les plus jeunes ne comprendront pas ce raisonnement, et il était pourtant d’une logique absolue : la propagande soviétique nous répétait qu’on manquait de produits alimentaires parce que tout l’argent et les moyens nécessaires à leur production allaient à la défense de notre pays. Donc, moins il y avait de beurre (de jambon, de fruits …) et plus puissant était notre bouclier contre les agressions de l’ennemi. Cette même propagande nous expliquait aussi que la viande manquait parce que les Juifs fortunés nourrissaient leurs chiens avec. Mais quel talent : dans ce domaine aussi, ils arrivaient à glisser de l’antisémitisme … ! »

ishot-1

Quel temps fait-il ? Demandons à ce présentateur météo russe :

"Immenses problèmes à Lougansk à cause du manque d'au potable, d'autant plus que la sécheresse qui semble s'installer à cause du cyclone, bla, bla, bla ... On est proche à Donetsk d'une catatrophe humanitaire, la température prévue pour aujourd'hui est bla, bla, bla ... et cette chaleur risque d'accélérer la décompositions des corps des victimes assassinées par la junte de Kiev ..."

C'est un Russe, pro-Poutine, qui s'indigne de ce "mélange des genres", il écrit même : "Trop, c'est trop, c'est une idiotie monstrueuse ..."

http://voxpop-66.livejournal.com/856824.html