ishot-4

« Demain, c’était la guerre » : Je n’avais jamais compris le titre de ce récit de Boris Vassiliev, dont Youri Kara avait fait un film en 1987 (l'action se passe à la veille de la grande guerre patriotique, avant l'invasion nazie). Un adverbe qui exprime le futur avec un verbe à l’imparfait, grammaticalement inacceptable ! Mais poutinement possible, si on fait la guerre avant de la déclarer …

Nous sommes tous ici de grands stratèges. Nous cherchons une explication rationnelle : "Quel intérêt pour Poutine de ... ? En supposant que cette colonne se dirige vers …, quel serait le but des Russes de ... ?"

Laissons tomber : quelle logique chercher si l'intention est de nous faire perdre nos repères ? Depuis la fête de l'Indépendance, la Russie fait la guerre à l'Ukraine. Nous attendions une déclaration officielle ?  Il n'y en aura pas. Le maître du Kremlin joue sur nos vieux principes humanistes, moraux et légalistes, qui sont pour lui une preuve de notre faiblesse. On va nous amuser avec de nouveaux convois (Lavrov a précisé aujourd'hui qu'il y en aurait beaucoup d'autres, pourquoi se gêner ?) et on va continuer à mentir avec cynisme sur des soldats égarés. Pourquoi pas, puisque ça passe !

La télé française a fait ses gros titres sur l'invasion de l'Ukraine ? Non.

Mme Merkel, dans une conversation qu’elle vient d’avoir avec Poutine, lui demande d’expliquer ce que font ses armées en Ukraine. France 2 en a parlé ? Non.

Pouchkov déclare que la Finlande et la Suède vont perdre leur statut de pays neutres étant donné l’accord qu’ils vont signer prochainement au Pays de Galles avec l’OTAN. Vous avez vu ça sur TF 1 ? Non.

Ça sent la guerre ? Non, puisque la Russie ne l’a pas déclarée. Dormez, Européens, dormez. Demain, c’était la guerre que vous n’avez pas vue hier. Elle était là, sous vos yeux. Tant pis.

Au moins, en 38, nous étions informés et avions choisi la lâcheté en connaissance de cause : « On ne va pas mourir pour Dantzig, quand même ! ». Avec des médias beaucoup moins puissants qu’aujourd’hui. Mais que de chaines maintenant ! Et pour quel résultat ? Nos voisins de palier ont-ils entendu parler de Donetsk ? Nos collègues de bureau se demandent-ils pourquoi des milliers d’EUROPEENS sont morts ces derniers mois ? Non. Et ils sont bien étonnés quand on leur parle d’une guerre aux frontières de l’Europe. « On le saurait, ils en parleraient à la télé … »

Hier, ce sera trop tard. Bien sûr, pas pour nous les Français, puisque les Baltes et les Polonais seront en première ligne et qu'on a l'habitude de les sacrifier. Comme on sacrifie déjà les Ukrainiens par notre silence. 

# 2064 : Ce soir, sur TV-Mémoire, à l'occasion du 50ème anniversaire, un documentaire exceptionnel à bases d'archives : "La guerre qui n'a pas eu lieu puisque que les médias n'en ont pas parlé." Récit poignant d'un témoin qui se souvient : "C'était dur. Il y avait des sanctions. On ne savait plus quoi faire de nos fruits et de nos porcs. On en a bavé ...!" #