Nadia

Lettre de Mark Feygin à Poutine

Si je vous écris, c’est que la situation de ma cliente m’y contraint : l’officier ukrainien Nadejda Viktorovna Savtchenko est accusée d’être responsable de la mort des journalistes russes Volochine et Kornelyouk en Ukraine de l’Est l’été dernier. Etant son avocat, j’attendais à juste titre une enquête honnête et conforme à la loi. Un simple étudiant en droit aurait rapidement débrouillé l’affaire, que dire alors de tout un groupe d’enquêteurs professionnels du Parquet ! D’autant plus qu’ils ont tous les éléments en main pour apprécier le rôle exact qu’elle a joué.

Nous avons fourni la preuve de son innocence en démontrant qu’au moment de la mort des journalistes elle avait déjà été faite prisonnière par le bataillon Zaria.

Sept mois, n’est-ce pas une période suffisante  pour vérifier ses appels au téléphone, et entendre les témoins ? Et pourtant, elle est toujours en prison.

Des organisations internationales, comme l’APCE et d’autres institutions politiques étrangères considèrent les persécutions que subit Nadia Savtchenko comme une punition infligée à travers elle à la trop peu docile Ukraine, tandis que nos demandes de libération d’une innocente sont traitées par le Parquet russe et ses enquêteurs d’allégeance intolérable aux « punisseurs ukrainiens ». Sens du devoir et courage méritent donc désormais châtiment ?

Ma cliente a dû recourir à la grève de la faim, la dernière possibilité qu’elle avait d’obtenir une enquête juste et honnête. Ce lundi 26 janvier, elle commence son 45ème jour de grève. C’est beaucoup. Ce qui m’effraie, c’est qu’elle m’a déclaré, lors de mon dernier entretien avec elle en prison, qu’elle était prête à mourir. Je n’exagère rien, vous pouvez vérifier auprès du FSB si vous voulez vous donner la peine de vous informer.

Nous avons assez entendu la phrase « ce sera au tribunal de juger », désormais nous sommes dans l’urgence. La justice n’a pas tiré au clair son enlèvement, n’a pas donné de bases légales juridiques à son emprisonnement, n’a pas décidé quel serait l’acte d’accusation. (…)

Je m’adresse donc à vous pour en appeler à la Loi et à la Justice. L’affaire est maintenant publique, et il est trop tard pour de « petits arrangements » à la sauvette. Juriste vous-même, vous n’avez pu oublier cette règle qu’on nous a rabâchée pendant nos études : « Si tu ne sais pas quoi faire, agis selon la loi. » A vous de voir ce que vous voulez faire …

Feygin, avocat

Nadia Paris

ishot-17

Nadia, nous vous attendons à la Rada !

La chronologie de Maïdan passe aujourd'hui à l'as, je me rattraperai demain.

Et maintenant quelques images illustrant le titre de ce billet :

Poutine chien

Ce chien répond au nom de "tête de noeud". Si vous le trouvez, prière de contacter le Tribunal de La Haye.

poutine marioupol

ishot-3

Donbass, tu m'as appelé ?

ishot-2

ishot-1

Russie : un état terroriste

ishot-21

ishot-20

ishot-19

ishot-18

ishot-22