Ce billet sera très court à cause du manque de temps. Et d'une actualité relativement plus calme, excepté  les nouvelles preuves au sujet du boeing de la Malaysia Airlines. Je crois que, sur ce blog, nous n'avions aucun doute après avoir entendu les conversations interceptées entre les terroristes et vu les vidéos du Buk rapidement rapatrié en Russie. (Voir les archives de ce blog en date du 17 juillet.) L'information donnée la semaine dernière par Reuters est illustrée par cette vidéo sous-titrée en anglais : 

https://www.youtube.com/watch?v=LzU4g_-mGPQ 

et cette page en anglais précise la géolocalisation du pas de tir :

http://ukraineatwar.blogspot.fr/2015/03/evidence-of-russian-buk-battery-near.html

ishot-2

Evidemment Lavrov parle de version fabriquée et de distorsion de la vérité. Que peut-il dire d'autre ?

http://rt.com/news/242337-lavrov-mh17-report-investigation/

Je ne sais pas si c'était le but, mais la comédie autour de l'absence poutinienne a eu pour résultat qu'on ne parle presque plus de l'enquête sur l'assassinat de Boris Nemtsov. Et personne ne donne de nouvelles de Nadia Savtchenko ...

nadia enveloppe

nadia adresse

Pour finir, voici la dernière histoire drôle qu’on raconte à Odessa :

Les sanctions ont fait leur effet, Poutine a du mal à renouveler sa garde-robe. Par miracle il retrouve au fond d’un tiroir un beau tissu anglais. Le meilleur tailleur de Saint Petersbourg lui déclare avec regret que c’est insuffisant pour lui tailler tout un costume avec, qu’il y en a juste assez pour faire un gilet. Il s’adresse à Ioudachkine, le célèbre couturier, mais celui-ci lui avoue qu’il ne pourra y couper qu’une paire de pantalons, car le coupon est trop petit.

Poutine se voit obligé de venir incognito à Odessa chez Izya, le meilleur tailleur de la rue Déribassovka, donc du monde. Izya prend ses mesures et lui demande de revenir deux semaines plus tard, le costume sera prêt.

Le jour dit, Poutine vient chercher sa commande. Il essaye le pantalon.

Izya : «  Vous voulez bien essayer le gilet ?» Poutine essaye le gilet.

Izya : « Et maintenant, la veste … »

Poutine : « Je ne comprends pas, à Saint Petersbourg comme à Moscou, on m’a dit qu’il n’y avait pas assez de tissu pour un costume ! Comment avez-vous réussi ? »

Izya : « Veï, veï, mon pauvre gars, c’est chez toi en Russie que tu es un grand homme,  chez nous tu es juste un avorton. Tu veux essayer le manteau et la casquette ? »