ishot-2

https://www.youtube.com/watch?v=2GOmr1GQ-uU

Joyeuses Pâques à tous les orthodoxes !

ishot-3

Je voudrais vous parler d'un feuilleton que la télé russe diffuse depuis une semaine. Son titre : Однажды в Ростове ("Ça s'est passé à Rostov"). Il relate la sanglante répression qui eut lieu en juin 1962 à Novotcherkassk, une ville industrielle à une trentaine de kilomètres de Rostov-sur-le-Don.

En juin 1962, à la suite de l’annonce de l'augmentation du prix de certaines denrées alimentaires de base, les ouvriers de l’usine de locomotives de Novotcherkassk, dans la province de Rostov-sur-le-Don, se mettent en grève et défilent dans la ville. Sur l'ordre de Khroutchev et de Mikoïan, qui a été envoyé sur place, et bien que le général Chapochnikov refuse de relayer cet ordre, l’armée et les forces du ministère de l’Intérieur tirent sur la foule, faisant une vingtaine de morts.

Les autorités soviétiques joignent alors une grande dureté dans la répression (plusieurs accusés sont envoyés en camp et sept sont même condamnés à mort) et une certaine démagogie dans leur tentative pour reconquérir les habitants de Novotcherkassk en faisant démissionner les principaux protagonistes locaux du drame (le directeur de l’usine, le premier secrétaire du parti de la région notamment) et en apportant un soin particulier dans l’approvisionnement alimentaire ultérieur de la ville.

Toute forme de communication est bloquée pendant plusieurs jours entre la ville et le reste du monde. Les corps sont enterrés secrètement aux quatre coins de la province, et le KGB tente de freiner la rumeur. En même temps, inévitablement, un trop grand nombre de Soviétiques ont été témoins des événements pour que leur récit ne transpire pas, jusqu’à atteindre l’étranger. Les premiers articles apparaissent dans la presse occidentale à la fin de l’été 1962, Radio Liberty diffuse un assez long bulletin vers l’URSS en septembre. Cependant, ce n’est qu’avec la publication de l’Archipel du Goulag en 1973 que Soljénitsyne, pointant l’importance de l’événement, lui donne une véritable résonance en Occident.

Avec la péréstroïka, la mémoire enfouie se réveille, et les événements de 1962 rentrent dans le débat public, grâce au relais offert par les députés libéraux du Congrès des députés du peuple qui viennent de se faire élire en mai 1989, notamment Anatoly Sobtchak, et qui réclament publiquement la réhabilitation des victimes. À partir de 1990, sur ordre de Gorbatchev, les documents d’archives commencent à être déclassifiés, même si la principale publication, consistant notamment en rapports du KGB en provenance des archives présidentielles, a lieu après son départ, en 1993. À la demande du Congrès des députés du peuple, une enquête est menée par le Parquet militaire, dont les 31 volumes de comptes rendus restent secrets. Lors du procès qui suit la chute de l’Union soviétique, la fusillade de Novotcherkassk constitue un des principaux chefs d’accusation contre le parti communiste, mis hors la loi depuis novembre 1991. À la même époque, les journaux publient les lettres de parents des victimes demandant qu’au moins leur soit révélée la localisation de la tombe des disparus. Ces informations sont transmises en janvier 1991 par le Parquet aux autorités de Rostov. L’association Fond Novotcherkasskoï Tragedii, fondée en 1989, s’occupe alors de retrouver les corps et de les réensevelir, en présence de leurs proches, à Novotcherkassk, lors d’une cérémonie officielle en juin 1992. Le 27 mars 1991, les jugements du 20 août 1962 sont abolis par la Cour suprême. À la suite de la loi d’octobre 1991 sur la réhabilitation des victimes de la répression politique, le Soviet suprême de la Fédération de Russie décide le versement d’une compensation aux familles des victimes.

En 2012, les 24 épisodes de "Ça s'est passé à Rostov" passent à la télé ukrainienne (c'est le dernier rôle du grand acteur ukrainien Bogdan Stoupka) mais la Russie va attendre 3 ans avant de le diffuser. Pourquoi le fait-elle aujourd'hui, étant donné l'atmosphère qui règne actuellement dans la Russie poutinienne, alors que ce film est un véritable réquisitoire contre le KGB et la terreur soviétique ? Je ne vois qu'une explication : il faut montrer sous son vrai jour Khroutchev, l'homme qui a osé "offrir" la Crimée à l'Ukraine ...

Ici, en russe, tous les détails sur le film : https://ru.wikipedia.org/wiki/Однажды_в_Ростове

L'auteur du scénario, Elena Raïskaïa, a mêlé au récit dramatique de cet évènement un second sujet, l'histoire, également véridique,d'une bande de criminels dirigée par les frères Tolstopiatov qui fit régner la terreur à Rostov de 1968 à 1973. 

Les 24 épisodes de ce film (17 heures !) sont sur Youtube, malheureusement seulement en russe. Amis russophones, ne ratez pas ce feuilleton qui est absolument remarquable, tant par sa construction dramatique que par le jeu de ses acteurs et la reconstitution des années 60 en URSS. 

Lien vers les 3 premiers épisodes, on est ensuite automatiquement dirigé vers les autres : https://www.youtube.com/watch?v=tk8O2DVLFvA