ishot-7

J'ai bien failli ne pas écrire de billet aujourd'hui, pour la première fois en 14 mois. L'usure.

Commenter le rapport Nemtsov ? C'est une excellente compilation de toutes les informations publiées par les médias indépendants depuis l'invasion et ce blog, ainsi que d'autres, en a fait l'écho au fur et à mesure que s'accumulaient preuves et témoignages. La version papier a pour l'instant un tirage de 2.000 exemplaires : 14 imprimeries, sous la menace ou par prudence, ont refusé de l'éditer. La seule ayant osé courir le risque a demandé à rester anonyme et que le nombre d'exemplaires soit limité. Si le but du rapport est d'éclairer les Russes sur la présence de leur armée en Ukraine, il est voué à l'échec. N'essaieront de se le procurer que ceux qui savent déjà. Les autres ont la télé.

Donner des nouvelles du Donbabwe ? Cette photo suffit, montrant le Régiment Immortel local défiler à Makeevka le 9 mai avec ses héros en effigie,  la crème des bas-fonds :

makeevka

Raconter la Crimée, où les cocus du référendum attendent toujours des touristes improbables ? Le gouvernement de Sevastopol octroie des centaines d'hectares aux Loups de la Nuit pour qu'ils puissent bâtir un centre dit de sport extrême, mais en réalité à vocation para-militaire. 

biker crimée

Finalement, la seule raison d'être de ce billet, ce sera la traduction de cette lettre de Nadia Savtchenko transmise par l'intermédiaire de sa soeur Vera :

ishot-2

A vous tous, avec ma reconnaissance,

Je m'étais fixé un point de repère : si j'étais encore vivante le jour de mon anniversaire, cela signifierait que je resterais en vie. Je n'aurais pas pu cesser mon combat, car pour trouver la paix, je devais le mener loyalement, dans l'honnêteté et la dignité. 

J'ai moins souffert de la faim que de l'inquiétude que vous éprouviez à mon sujet. Pardonnez-moi pour les soucis que je vous ai causés.

Le 6 mai, lors de la double audience, j'ai fini par perdre l'espoir, non pas d'avoir un procès équitable en Russie, mais que le concept même de justice ait encore un sens. J'ai ri de tout mon coeur en entendant ce dont on m'accuse, je ne verrai désormais dans cette parodie de procès qu'un spectacle de marionnettes, comme ceux auxquels enfant j'assistais. Les prochaines comparutions seront pour moi une occasion de m'amuser et de me remonter le moral. 

Hier, pour la première fois depuis que je suis en Russie, j'ai mangé de bon appétit, j'avais vraiment faim et je ne me suis pas nourrie juste pour rester en vie ! Alors voilà : si je ne suis pas morte après tout ça, je dois penser à la façon de continuer mon combat et réfléchir aux méthodes à utiliser. Ma grève de la faim n'a pas été vaine, non seulement elle a fait bouger l'enquête du point-mort où elle se trouvait, mais elle a démontré à mes accusateurs qu'il leur faudrait compter avec moi et que, lorsque je prends une décision, je m'y tiens parce que c'est la condition de mon salut.

Les cadeaux pour mon 34ème anniversaire, c'est un gâteau, la présence de ma soeur bien-aimée, la meilleure soeur du monde, et la LIBERTE !!! Parce qu'on peut toujours emprisonner quelqu'un dans une cage, on ne peut jamais lui enlever sa LIBERTE, sa force d'esprit et l'élan de sa pensée. Tant que j'agis, je suis vivante et libre. Et j'agirai, je continuerai à me battre !

Merci à tous pour votre soutien et pour m'avoir transmis votre force quand j'en avais besoin.

Avec mon éternelle gratitude,

Nadia Savtchenko

 

prisonniers

Savtchenko, Koltchenko, Sentsov : coupables d'être ukrainiens