ishot-36

Pavel Kanyguine, le correspondant de Novaïa Gazeta a de nouveau rendu visite aux deux spetsnaz. Il ne comptait pas les filmer, mais tous deux lui ont demandé de le faire pour pouvoir au moins communiquer avec leurs familles de cette manière, car personne ne répond à leurs coups de fil … 

(On voit là que l'oukaze de Poutine est déjà opérationnel : leurs proches renient les deux prisonniers. Où est le temps où les mères de soldats partaient en Tchétchénie arracher leurs fils aux griffes de l'état-major ? Il ne sera désormais plus nécessaire de payer 3 millions de roubles aux familles pour qu'elles gardent le silence sur la mort de leur enfant tombé dans le Donbass, puisque c'est 7 ans de camp si elles divulguent l'information.)

Le capitaine Evguény Eroféïev (commentaire personnel de la traductrice : ce type est une vraie tête à claque !) : 

https://www.youtube.com/watch?v=bNxbx0zf4PEishot-33

Ça va mieux, ton bras ?

Ce n’est pas encore tout à fait ça … Toutes ces visites que tu me rends, ce sera bientôt un vrai vidéo-blog ! Au moins, grâce à toi, je garde une sorte de contact avec le monde extérieur … J’arrive maintenant à bouger un peu la main, ils m’ont enlevé les agrafes et l’appareil avec les drains, c’est une machine qui coûte cher, il n’y en a que dix pour tout l’hôpital. Ils ne l’ont pas encore enlevée à Sacha. Lui, il réussit maintenant à se lever, comme moi d’ailleurs. Avant, il fallait qu’on me soulève.

Le consul t’a rendu visite hier, non ?

Oui, et il t’en veut, pour t’être rendu devant les grilles du consulat et avoir enregistré la conversation que tu as eue par l’interphone avec le garde.

Parce que je les ai dérangés en plein week-end ?

Je ne sais pas, mais il a trouvé ça incorrect.

Vous avez parlé de quoi, si ce n’est pas un secret ?

On a essayé d’établir un dialogue, il m’a posé des questions et il a noté celles que je lui posais. Il m’a promis de revenir d’ici deux jours avec des réponses.

Tu as demandé pourquoi on t’avait démissionné de l’armée ?

A quoi bon ? J’ai surtout posé des questions sur ma famille, sur ce qui m’attendait et sur l’endroit où je travaillais avant, tu comprends ce que je veux dire par là …

Un présentateur a dit à la télé qu’ici on te torturait et que tout ce que tu racontes devant les caméras, dont la mienne, t’est extorqué sous la menace.

Je ne veux pas commenter, puisque je n’ai pas vu cette émission. C’est vrai que sous la torture on peut dire n’importe quoi. Mais qu’est-ce que j’aurais dit sous la torture ? J’ai dit quelque chose d’illégal ? J’ai livré des secrets d’état ?

Est-ce qu’au moins tu sais maintenant quel est ton statut ?

Avec mon avocat, on compte faire requalifier l’accusation de terrorisme en accusation d’espionnage. Pas d’autres commentaires.

Dans cet hôpital sont également soignés des militaires ukrainiens. Comment réagissent-ils à ta présence ici ? Tu as des contacts avec eux ?

Je suis extrêmement bien gardé par des membres du groupe Alpha de la Sécurité Intérieure et des soldats. On ne me voit pas ici d’un très bon œil, ce que je peux comprendre. Il suffit de voir dans les chambres tous ces jeunes Russes qui n’ont plus ni bras ni jambes. Des Slaves.

Comment ça, des Russes ?

Oui, oui, des Russes. Ce sont des gens qui parlent russe, d'ailleurs beaucoup ne parlent même pas ukrainien.

Et cela t’étonne ?

J’ai compris ta question, elle est d’actualité. Mais je préfère ne pas m’étendre  sur ce sujet. C’est très dur de voir tous ces blessés et de se dire que c’est pareil de l’autre côté, des jeunes aux membres amputés, des Russes, des slaves. C’est là que l’on comprend que des Russes tuent des Russes …

Tes amis de Samara m’ont demandé de te transmettre leurs messages de soutien, ils sont de tout cœur avec toi, il y en a un, qui vient de ton copain de club, un certain Alexandre …

Stop, arrête de filmer ! (Kanyguine : je mets la caméra sur pause pour lui transmettre le message, Eroféïev a du mal à retenir ses larmes. Quelques minutes plus tard) Merci à mes amis. C’est bête de ma part de réagir comme ça … Actuellement il fait +30° à Kiev, j’ai une fenêtre, l’air conditionné, on me donne de l’eau, des jus de fruits, des croissants. Tu veux filmer ma cellule (* oui, c’est le mot qu’il emploie !), pour qu’ils voient où je vis ? C’est une cellule ordinaire, avec un œilleton à la porte pour le SBU. Pour en revenir aux blessés, je voudrais à nouveau appeler les forces en présence à moins tirer, pour qu’il y ait moins de victimes. Avec l’aide de Dieu, on obtiendra la paix et on sera plus humain avec les prisonniers. Je demande à nouveau à ceux qui se font face de montrer de l’humanité envers les prisonniers. Moi, j’ai eu de la chance d’être pris par des militaires ukrainiens, si ça avait été par d’autres, ça n’aurait pas été pareil !

Tu fais allusion à quoi, aux bataillons de volontaires ?

Oui, ça n’aurait pas été aussi réglo avec ces gens-là. Rien n’est jamais ni tout blanc, ni tout noir. Ils ont leur vérité à eux, nous on a la nôtre et tout le monde croit se battre pour la bonne cause, alors que le résultat, c’est que des Russes orthodoxes se retrouvent amputés sur des lits d’hôpital ou succombent à leurs blessures. Je ne veux pas parler politique, mais le résultat est là et il est bien triste.

Le sergent Alexandre Alexandrov : https://www.youtube.com/watch?v=Yir3Ys0fFcE

ishot-34

Le consul est venu hier, il m'a demandé comment j'allais et si je ne manquais de rien. Je lui ai posé une question au sujet de ma démission surprise. Il n'a pas voulu commenter, il a dit qu'il se renseignerait auprès du ministère de la Défense. Que des pourparlers avaient lieu en vue d'un échange, mais que c'était impossible tant que nous étions l'objet d'une enquête. Qu'on ne devait pas s'inquiéter, que la Russie ne nous oubliait pas et nous aiderait. Que même si nous étions condamnés ici à une peine d'emprisonnement, ce ne serait pas pour longtemps. Je lui ai répondu que ce serait bien qu'on ne fasse pas de prison. Je lui ai dit que je n'arrivais pas à joindre mes proches et il m'a répondu que lui non plus n'avait pas pu, sans doute que tous leurs portables étaient éteints.

Toi et moi avons aussi essayé de les appeler ...

Ça n'était jamais arrivé que je téléphone à ma mère et qu'elle ne décroche pas. Pareil pour ma femme, quand je partais pour des périodes d'exercices, même la nuit j'arrivais à la joindre. Et maintenant ...

On essaiera encore, peut-être qu'elle a perdu son portable ...

Ça m'étonnerait. J'ai parlé avec Maman le 3 mai, pour son anniversaire. Et on est quoi, aujourd'hui ? Le 27 ? C'est bientôt le 60ème anniversaire de mon père et je ne pourrai même pas l'appeler.

Tu as demandé au consul des éclaircissements sur ton statut ?

Oui, pour savoir qui j'étais maintenant juridiquement. J'ai simplement pas envie d'être un terroriste. Parce que je n'en suis pas un.

Cette visite du consul t'a semblé positive ?

Oui, il a essayé de comprendre, il a noté nos questions. Il n'a pas cherché à nous tromper ni à faire l'hypocrite. J'espère qu'il pourra nous aider.

Avez-vous des contacts ici avec les militaires ukrainiens ?

Non, il paraît que c'est pour notre sécurité, car ils reviennent du front et auraient sans doute des explications à nous demander. Rien qu'à les voir, on se rend compte qu'ils sont accueillis en héros, que leur patrie ne les abandonne pas, même ceux qui ont été faits prisonniers. Ici, on s'inquiète pour eux, on fait tout pour qu'ils reviennent. Alors que chez nous, c'est quand même bizarre : on entend parler de patriotisme depuis l'enfance ... Bien sûr, je suis toujours patriote, j'aime mon pays. Mais la Patrie, ce n'est pas un régime politique ou un leader, c'est l'ensemble de tes proches, de tes amis, c'est tous les endroits que tu aimes. L'état ne se comporte pas bien, s'il te renie et surtout si tes parents et ceux qui te sont chers se retrouvent impliqués. C'est pas très humain, tout ça ...

Tu penses à l'interview avec ta femme ?

Oui, ça m'a atteint jusqu'au fond de l'âme. Alors qu'elle n'y est pour rien dans tout ça ...

Les gens comprennent la situation et espèrent qu'elle sera vite réglée ...

Il faudrait que nos gars, les Russes comme les Ukrainiens, ne partent plus à la guerre. Nous sommes tous les frères, les amis, les parents, les enfants de quelqu'un ...

ishot-27