Une lettre de Nadia Savtchenko : 

http://gordonua.com/news/worldnews/Savchenko-o-zaderzhannyh-v-Ukraine-specnazovcah-iz-Tolyatti-Eta-istoriya-porazila-menya-tem-kak-RF-brosaet-svoih-soldat-83728.html 

ishot-38

(…) On connaît mon histoire, je suis un officier ukrainien, j’ai été faite prisonnière par mes propres concitoyens, abrutis par la propagande de l’ennemi, puis kidnappée et emmenée en Russie. Détenue en prison, je suis maintenant la victime d’un procès fabriqué. Mais le peuple ukrainien  et son gouvernement, ainsi que de nombreuses personnes dans le monde entier, se battent pour moi avec ardeur, sans ménager leurs forces.

J’ai été choquée d’apprendre ce qui s’était passé avec les deux militaires russes faits prisonniers par l’armée ukrainienne, alors qu’ils exécutaient les ordres criminels du pouvoir russe, un pouvoir coupable de mener une guerre hybride et déshonorante contre mon peuple. Choquée, parce que la Russie abandonne ses propres soldats, parce que le Kremlin les renie. Le président russe préfère signer un oukaze qui interdit la publicité des pertes russes en temps de paix afin de dissimuler à son peuple combien de ses enfants sont envoyés vers une mort certaine.

Mais moi, c’est mon propre pays que je défendais ! Et, alors que j’aurais pu tirer sur l'homme qui s'avançait vers moi pour me faire prisonnière, j’ai jugé que ma liberté ne valait pas qu'il perde la vie.

Que défendent ces soldats russes sur un territoire étranger ? Les intérêts de leur gouvernement ? Alors pourquoi celui-ci les abandonne-t-il ? Ils ont été faits prisonniers parce qu’ils étaient blessés et qu’ils ont fait leur propre choix.

En dépit de ce que disait Staline, un prisonnier de guerre n’est pas un traître, et on n’a pas toujours une grenade sous la main …

Moscou. Dans une prison.

Nadia Savtchenko.

ishot-46

Ilya Novikov, un de ses avocats  http://gordonua.com/news/worldnews/Advokat-Novikov-Sledstvie-po-delu-Savchenko-v-poslednee-vremya-podgonyaet-samo-sebya-83736.html

« Même avant l’arrestation des deux militaires russes en Ukraine, nous avions déjà constaté que le Parquet avait soudain accéléré le rythme de son enquête. Quand nous informions les enquêteurs que nous ne pouvions pas nous rendre à leurs convocations, l’un d’eux se dérangeait jusqu’à nos bureaux pour nous faire signer les papiers nécessaires, comme si la procédure ne pouvait plus souffrir aucun retard.

Ils désirent manifestement que le procès ait lieu le plus rapidement possible afin de pouvoir trouver ensuite une solution au niveau diplomatique pour la libérer. Le Kremlin n’a plus aucun intérêt à la garder en prison, l’important pour lui était qu’elle soit jugée pour complaire à son opinion publique, mais la détenir dans un camp pendant de longues années aurait un effet contre-productif, car l’Occident n’aurait alors de cesse de réclamer sa libération.

La peine qui lui sera infligée sera de 13 ou 16 ans, mais nous ne nous battrons pas pour qu’elle soit moindre. Le chiffre est sans intérêt pour nous et, ce qui est exceptionnel pour des avocats, il est probable que nous ne chercherons pas à obtenir des circonstances atténuantes ni à faire appel, car cela n’influerait en rien sur la date à laquelle Nadia pourra enfin retrouver sa patrie. Notre tache, au cours du procès, sera de mettre en lumière comment l’enquête a été menée et de montrer au monde entier à quel point cette affaire a été montée de toutes pièces. »

ishot-37

Jirinovsky s'intéresse aussi à Nadia Savtchenko. Au cours d’une émission télé, il déclare, bavant de rage, qu’il a un plan pour sauver la Russie : 

https://www.youtube.com/watch?v=G6dvUKSeBWM

« Vous voulez bombarder le Donbass ? On bombardera Kiev. Vous avez tué Mozgovoï ? On va fusiller tous vos gouverneurs, en commençant par Saakashvili. En Europe et en Ukraine, ils auront vraiment peur quand Choïgou pointera nos fusées sur Berlin et sur Londres. Et cette Savtchenko, il faut la fusiller dès demain et ensuite la pendre à Belgorod. » Sourires ironiques ou gênés des jeunes gens présents dans le studio, mais pas de réactions indignées. Ils sont au spectacle, seule une jeune fille semble avoir honte.

ishot-45

Pour les russophones, ce documentaire de Sacha Sotnik sur les évènements de la place Bolotnaïa du 6 mai 2012. La société civile s’est retrouvée ensuite muselée, seules quelques voix éparses désormais se font entendre, à leurs risques et périls. 

https://www.youtube.com/watch?v=_G5mw-dE7IQishot-41