ishot-10

Réaction de Margarita Simonian, qui est à la tête de Russia Today, quand elle a appris l’arrêt-saisie conservatoire de ses locaux à Paris : « Ils sont complètement fous, chez Forbes ! Nous n'avons pas et n'avons jamais eu de bureau à Paris ! »  https://twitter.com/M_Simonyan/status/611522401805967360

Raté : il se trouve 23 rue Balzac.

ishot-9

Comment peut-on diriger Russia Today et mentir avec si peu de talent ? Je lui suggère une autre version : « Les gens qui y travaillent ne sont plus sous contrat avec Russia Today, ils avaient démissionné la veille, jamais nous ne les avons envoyés en France. S’ils y sont partis, c’est de leur propre chef et nous ne savons pas ce qu’ils font dans ce bureau où nous n'avons jamais mis les pieds. D'ailleurs Paris n'existe pas.»

Voilà qui eût été un démenti crédible, à la manière de son Maître Poutine ! 

***

Voici les premières pages du document remis par les huissiers belges :

texte1

texte2

***

Question rhétorique

poutine

Les libéraux ont vendu la Russie dans les années 90 ? Et il était où,  Poutine, dans ces années-là ?

1991 : Directeur du Comité des relations extérieures de la mairie de Léningrad (section des investissements étrangers).

1991-1994 : Organisateur à Saint Pétersbourg de la bourse des changes  et de l’opération « denrées alimentaires contre matières premières ».

1996 : adjoint du directeur de l’administration présidentielle Pavel Borodine, chargé de la gestion des propriétés de la Russie à l’étranger.

1997 : Vice-directeur de l’administration présidentielle, chargé du contrôle des achats.

1998 : Directeur du FSB.

1999 : Premier ministre.

Si ce sont les libéraux qui ont vendu la Russie dans les années 90, pourquoi trouve-t-on alors Poutine partout ?

***

ishot-3