famille

Avez-vous déjà mangé des petits pains aux graines de pavot ? Si vous avez vécu en Union Soviétique ou en Russie, vous y avez certainement goûté : on les achète dans les boulangeries  et rien n’aurait laissé supposer que cette innocente friandise puisse un jour être assimilée à de la drogue. 

http://www.svoboda.org/content/article/27115000.html

La famille Poloukhine (le père, la mère, la fille et la tante) avait ouvert un café à Voronèj et y vendait entre autres ses propres brioches aux graines de pavot. Pour son malheur, le chef de famille avait refusé les services d’un fonctionnaire d’état qui voulait avoir son pourcentage sur la recette en échange d’une protection, ce qu’on appelle une "kricha", procédure courante dans les pays mafieux. Mal lui en prit : lui et les siens se retrouvèrent accusés de trafic de drogue en 2011 et étaient depuis lors détenus en préventive.

Hier, soit 4 ans plus tard, le temps que les Organes fabriquent un dossier "solide" avec pour témoins de l’accusation leurs propres indics choisis dans le vivier des drogués de Voronèj, prêts à vendre père et mère pour une dose de cocaïne, une juge (ou du moins ce qu’on appelle une juge en Russie) a rendu publique la sentence : huit ans de camp pour les quatre membres de cette famille.

alexandre

Alexandre Poloukhine, ici malmené par les flics, a bien essayé de faire valoir son bon droit : les graines de pavot ne sont pas interdites, on trouve ce genre de brioches dans toutes les boulangeries. En vain : quand on ouvre son propre commerce dans ce pays-là, il faut arroser, graisser la patte des fonctionnaires et leur glisser des enveloppes. L’innocence en Russie, ça s’achète. 

ishot-76

Huit ans. Cela donne une petite idée des sentences qui seront prononcées dans les semaines à venir contre Savtchenko, Sentsov et les autres otages ukrainiens retenus en Russie ...

Les narco-popes, eux, ne seront jamais inquiétés. Admirez l'usage qu'ils font de leurs portables :

ishot-74

ishot-75

***

Le Monde Russe est vraiment arrivé en Crimée : à Sévastopol, les défunts sont désormais enterrés dans un dépotoir. Les tombes fraichement creusées sont tapissées de détritus. (Je me souviens des cris de joie des retraités, drogués aux promesses poutiniennes, le soir du "référendum" : « Mon rêve se réalise, je mourrai en Russie ! »)

https://www.youtube.com/watch?v=x0vYsJHGmNI

***

Les terroristes sont à court de munitions et l’ont fait savoir à Moscou. C’est en tout cas ce qu'on peut déduire de la déclaration de Vladimir Artamonov, du ministère russe des situations d’urgence : « Ce mois-ci, c’est trois convois que nous allons envoyer dans le Donbass, ils vont partir le 16, le 23 et le 30 juillet. » http://www.interfax.ru/russia/452172 (Il n'y a jamais eu autant de convois à des dates aussi rapprochées ...)