ishot-17

ishot-19Il y a quelques jours, l'Eglise orthodoxe russe demandait aux autorités de Saint-Pétersbourg de lui rendre l'usage de la cathédrale Saint-Isaac et de la cathédrale Saint-Sauveur-Sur-le-Sang- Versé, deux monuments qui appartiennent au patrimoine culturel de la ville.

Un processus similaire se déssine actuellement en Crimée. Andreï Koulaguine, le directeur de la Réserve nationale de Chersonèse Taurique, qui est un musée et un centre de recherche (http://whc.unesco.org/fr/list/1411a été démis de ses fonctions et va être remplacé par un pope, le père Serge. Voici la vidéo montrant la réaction du personnel de ce centre de recherches archéologiques quand Menyaïlo, le gouverneur de Sévastopol, vient leur présenter le « parachuté ». https://www.youtube.com/watch?t=10&v=3F6SFUebCuQ

ishot-25

ishot-15

ishot-30

Pendant cette scène qui dure une demi-heure, les employés refusent le diktat qu’on leur impose : « Nous sommes des scientifiques, nous ne voulons pas qu’un religieux nous dirige. Où est notre directeur ? Pour quelles raisons a-t-il été renvoyé ? De quel droit avez-vous pris une telle décision ? »

Le gouverneur s’énerve de plus en plus : « Du droit que j’ai les pleins pouvoirs ! J’en ai décidé ainsi à la demande du ministre de la Culture et du Patriarche Kirill, car le Chersonèse est le lieu saint du baptême de Saint Vladimir  et cela implique que le directeur de ce centre appartienne à l’Eglise pour protéger le caractère sacré des lieux. »

ishot-28

Un archéologue : « J’ai deux diplômes obtenus en France et je vais obéir à ce prêtre … ? »

Menyaïlo : « De quel droit vous présentez-vous à moi en chemisette ? Moi, je suis en costume et je porte une cravate ! »

L’archéologue : « C’est mon uniforme de travail, il fait chaud quand on travaille en plein soleil … »

Une responsable lit la lettre collective de protestation. Le pope transpire abondamment. Personne ne fait attention à lui. Il a été posé là. Il attend que ça se passe.

ishot-32

Quand le ton monte, Menyaïlo menace : « Si vous continuez comme ça, j’envoie votre ex-directeur en prison. »

Des phrases fusent : « Personne ne vous a élu. Vous n’avez aucune légitimité. Jamais on n’aurait vu ça quand on était en Ukraine. C’est maintenant l’Eglise qui commande, alors ? C’est quoi vos manigances ? Un pope directeur, c’est pour permettre ensuite à la Patriarchie de construire ce qu’elle veut dans ce lieu protégé et inscrit à l’Unesco ? »

ishot-33

Vers la fin le gouverneur s’emporte complètement : « C’est un Maïdan que vous voulez, c’est ça ? Prenez garde ! De toute façon, ma décision est prise, le père Serge est votre directeur, que vous le vouliez ou non. »

La soutane et le costume quittent la salle pour se réfugier dans un bureau à l’abri des « insurgés ». Quand un journaliste essaie de les y suivre pour continuer de filmer, quelqu'un frappe violemment sa caméra.

Cette vingtaine de Criméens en colère, un premier signe encourageant ? Pas vraiment : certains projettent d’écrire une lettre à Poutine pour le mettre au courant …

ishot-23

Pavel Lobkov, journaliste de la chaîne Dojd' commente avec ironie le sujet, après un court extrait video : 

http://tvrain.ru/teleshow/here_and_now/uchenye_iz_hersonesa_protiv_gubernatora_i_naznachennogo_svjaschennika_video-391838/

«Comme vous le voyez, l'Eglise est un vivier de jeunes talents prêts à occuper n'importe quel emploi vacant. Kisselev, ce grand ami de Poutine, quitte la tête de son media holding pour de plus hautes fonctions ? Je suis sûr qu'on trouvera un pope pour prendre la relève. Et, j'y pense, le contrat de Filine comme directeur du Bolchoï n'est pas renouvelé? Le séminaire aura certainement dans ses effectifs quelque saint homme en soutane pour conduire le ballet.»