nadia svetlana

ishot-9Ilya Novikov est absent : il est à Grozny où il défend deux autres ukrainiens, Nikolaï Karpiouk et Stanislas Klikh, également enlevés illégalement par le FSB et offerts par Poutine à Kadyrov pour qu’il puisse se payer lui-aussi son petit procès stalinien.

ishot-1

Le 1er témoin de l'accusation à comparaître d'aujourd'hui est Alexandre Jabbarov, un séparatiste du Louganda. Il a vu Nadia Savtchenko, alors qu'elle venait d'être capturée. "Il était quelle heure ?" demande le procureur. Le témoin répond qu'il n'avait pas de montre, que son portable était éteint. "Mais je m'oriente au soleil. Il devait être 13 heures." Aux questions posées par la défense sur les détails de la matinée du 17 juin, il répond évasivement, ses souvenirs sont très vagues...

ishot-3

Le témoin suivant s'appelle Igor Solyanik, un séparatiste lui aussi, ancien membre du bataillon Zarya. Il est maintenant vice-ministre de la Santé du Louganda. (Ci-contre, une capture d'écran d'une de ses interventions à la télé lougandaise.) Il n’a pas assisté à la capture de Nadia, il l’a vue entre 13 et 14 heures quand Liouty et Petchora l’ont amenée avec une dizaine d’autres prisonniers.

Comme il a affirmé que la carte que Nadia avait en sa possession lui permettait de corriger les tirs, elle lui demande : « Vos cartes militaires sont à quelle échelle ?

- Je ne vois pas le rapport avec le procès.

- C’est que je doute que le procureur sache ce qu’est une carte militaire. Donc, répondez.

- Je pense qu’il le sait.

- A quelle échelle étaient vos cartes militaires ?

- On est au tribunal, pas sur un champ de bataille, les cartes n’ont rien à faire là-dedans.

- Vous êtes devant un tribunal et témoignez contre moi, c’est pourquoi je dois savoir jusqu’à quel point vous êtes compétent dans ce domaine.

- Je réponds aux questions que je juge nécessaires, je n’ai pas à raconter quelle sorte de formation j’ai reçue et où. Autrement je ne pourrais pas garantir ma sécurité sur le territoire de l’Ukraine.

- Ces cartes que vous avez prises sur moi, il y avait dessus un quadrillage avec des coordonnées ?

- On les a vues, c’est tout. Ça tirait partout, nos gars mouraient … »

Nadia, sa voix s’élevant jusqu’à crier, s’adresse au tribunal : « Je pose des questions simples, je veux savoir quelles sont les compétences d’un homme à reconnaître une simple carte d’une carte utilisée pour corriger le feu. Je veux qu’il me dise si la carte que je possédais permettait de corriger les tirs !

- On peut le faire avec n’importe laquelle, si la personne qui l’utilise est un spécialiste dans la correction de tirs. »

Une altercation s’ensuit entre Nadia et le témoin, celui-ci la menace : « Nous serons là quand tu sortiras et on aura une vraie discussion ! »

Nadia : « Fais gaffe de ne pas te retrouver dans un lieu sans issue ! »

Puis, découragée : « C’est un pion. Tout cela n’a pas de sens … Mais amenez donc celui qui est réellement responsable de mon emprisonnement ! »

ishot-4

Polozov : "Fin de l'interrogatoire de Solyanik. L'accusation n'a pas d'autres témoins à présenter pour aujourd'hui."

ishot-5

Polozov : "Sur les 59 témoins de l'accusation, seulement 12 ont comparu à ce jour. Le procureur n'a pas l'air pressé de vouloir les interroger."

ishot-6

Polozov : "Après l'interruption du déjeuner, l'audience reprend. L'accusation demande à lire les déclarations de ses témoins en leur absence. La défense proteste."

ishot-7

Feygin : « Nous demandons avec insistance que les témoins soient présents, car nous avons des questions à leur poser. »

Le tribunal ne tient aucun compte de cette requête. Puis le juge annonce qu’il vient de recevoir une lettre officielle du chef de la police de Rostov selon laquelle la prochaine audience de mercredi 14 doit être annulée, car des festivités sont prévues ce jour-là :

ishot-8

Il s'agit de la tenue d'un congrès de cosaques et de la venue à Novotcherkassk (où se trouve la prison de Nadia) du patriarche Kirill. (En matière de provocation, ils atteignent un sommet !)

ishot-10

 

ishot-21

Fastidieuse lecture de la liste des documents que l'accusation compte utiliser (procès verbaux et retranscriptions d'enregistrements video, entre autres ceux de Mikhaïlov, un témoin dont l'identité doit demeurer secrète). Les procureurs lisent d'une voix sourde et à toute vitesse. Il y en a des pages et des pages. Quand ils en viennent aux numéros des fichiers numériques, le public n'y tient plus et s'endort... 

ishot-14

ishot-16

"Lecture du procès-verbal de l'interrogatoire de Denissov, le 3ème journaliste, celui qui s'en est sorti indemne. Il affirme avoir filmé de 11h40 à 12 heures."

ishot-17

"10 mois après les faits, en avril 2015, Denissov se souvenait de tout, à la minute près."

ishot-18

"Distinction subtile : Denissov est considéré comme témoin lorsqu'il donne aux enquêteurs la video qu'il a filmée et comme victime lorsqu'il la commente."

ishot-19

"Nous aimerions vraiment interroger Denissov, nous avons des tonnes de questions à lui poser, mais l'accusation n'est pas pressée de le faire venir à la barre."

ishot-20

"Le tribunal ne supporte plus le marmonnement presqu'inaudible des procureurs et les interrompt en plein milieu de leur lecture."

Prochaine audience jeudi 15 octobre.

***

ishot-12

"Sidorov ! Ouvrez immédiatement ! Nous savons que vous n'allumez plus votre télé !"