Résumé des épisodes précédents

2 je proteste, votre honneur

Je proteste, Votre Honneur !

3 retirer la question

Je demande que la question soit retirée, elle viole le secret militaire !

4 demande avocats refusée

La requête de la défense est repoussée !

1 demande refusée

La requête est repoussée.

5 ok

D'accoooord ...

ishot-4Un petit exemple de l'humour noir des bourreaux de Nadia Savtchenko : ce courrier a été adressé ce jour à la direction de la prison de Novotcherkassk par les 3 juges (je rappelle leurs noms : Stepanenko, Khaïboulaïeva et Tchernych), lesquels autorisent Vera Savtchenko à récupérer les effets personnels de sa soeur Nadia.

(Ne vous étonnez pas qu'il n'y ait aucune image de Nadia Savtchenko, il est interdit de la prendre en photo.)

A l'ouverture de l'audience, Mark Feygin annonce qu'il a une déclaration à faire. Les juges repoussent la proposition, ils veulent d'abord entendre le témoin suivant. Feygin insiste, les juges chuchotent entre eux, puis donnent finalement l'autorisation.

Nadia Savtchenko : « J’ai appris que ma sœur était interdite d’entrée en Russie par le FSB. Si c’est de l’humour, il est de très mauvais goût, car c’est mon unique témoin ! »

Stepanenko demande d’où elle tient une telle information. « Il y a une confirmation écrite de ce que vous avancez ? » Novikov : « Non, mais Kovtoun, le consul ukrainien, était présent au poste frontière quand cette interdiction lui a été signifiée. S’il est nécessaire de produire une preuve écrite, Vera Savtchenko est prête à se représenter à la frontière pour qu’un tampon soit apposé sur son passeport officialisant cette interdiction. »

Le tribunal décide de faire une demande de confirmation auprès du FSB et, dans l’attente d’une réponse des organes de sécurité, refuse de se pencher davantage sur le cas de Vera Savtchenko. 

ishot-6

L'audience se poursuit avec l'interrogatoire de la veuve du journaliste Kornelyouk en visioconférence depuis Salekhard.

Nadia s’adresse à elle en russe : « Je suis désolée que vous ayez perdu un être cher, désolée qu’il y ait cette guerre et qu’elle continue. Je n’ai rien à voir dans la mort de votre époux et j’aurais souhaité qu’il soit encore auprès de vous. » Malgré un son très mauvais, on entend Elena Kornelyouk la remercier.

Le témoin suivant est Egor Roussky, un mercenaire russe dont j’ai parlé ici :  http://ukraine2014.canalblog.com/archives/2015/10/08/32743740.html

ishot-7

Dans sa déposition, il y a bien sûr les éléments de langage dont a besoin l’accusation : « On l’a capturée vers 13 heures. Et les tirs ukrainiens ont cessé immédiatement. Quand ils ont repris, ils manquaient bien sûr de précision, car les Ukrainiens avaient perdu leur correctrice de tirs. Lors de la fouille,  nous avons trouvé sur elle une carte où étaient désignées toutes les cibles.» Et il ajoute : « Tout ce que j’ai filmé ce jour-là, je l’ai transféré sur mon ordinateur et j’ai donné une vidéo à Lifenews. »

Il part ensuite dans un long monologue, que je résume : « Je respecte Nadia Savtchenko, il y a peu de gens qui montrent autant de courage, c’est un adversaire que j’estime, car elle sait pour quoi elle se bat. Quant aux Ukrainiens qui combattent contre nous, ce sont à 90% des gars qu’on a trompés, on les a mobilisés contre leur gré et on leur a fait croire que nous étions des terroristes. Mais ceux d’Aïdar, ce sont des salauds qui ne pensent qu’à tuer et piller et qui n’ont aucun sens de l’honneur. »

Le procureur lui demande : « Mais les jumelles ! Vous n’avez pas parlé des jumelles ! »

« Oh, s’exclame Roussky, j’allais oublier ! Mais oui, les jumelles ! Oui, on a trouvé des jumelles, pas super puissantes, mais quand même ! »

C'est au tour de la défense de l'interroger. Novikov fait remarquer qu'elle ne l'a pas interrompu et qu'elle attend le même comportement de la part de l'accusation. Il souhaite projeter la video qu'a filmée Roussky. Le tribunal refuse.

Novikov : « Ce nom de Roussky, c’est votre vrai nom ?

- Non.

- Quel est celui qu’on vous a donné à votre naissance ? »

Le témoin est mal à l’aise, le procureur vient à son aide et demande de retirer la question, car le témoin a changé de nom en 2006.

Feygin : « Moi, je m’appelle Feygin depuis que je suis né ! »

Novikov : « Pouvez-vous nous dire au moins si vous avez déjà fait l’objet d’une condamnation ? » Le tribunal repousse la question. 

« Avez-vous supprimé des fichiers video ?

- Oui, car ils prenaient trop de place sur mon ordinateur, répond Roussky, mais c’était après que j’ai tout donné à l’enquêteur.

- Il est où, cet ordinateur ?

- Je l’ai donné à un camarade, qui est mort à présent. »

Feygin : « Vous avez dit que vous étiez venu dans le Donbass pour défendre les simples civils. Vous connaissez l’article de la loi qui punit les mercenaires ?

- Je n’ai touché aucun argent. »

Polozov : « Vous avez filmé en entier l’interrogatoire de Savtchenko ? Il a duré combien de temps ?

- Une dizaine de minutes.

- Et vous avez filmé … ?

- Une dizaine de secondes.

- Qui commandait le bataillon Zarya ?

- Plotnitsky

- Le 23 juin ?

- Je ne sais pas, peut-être … »

L’audience est interrompue pour le déjeuner.

Voici ce que l'on peut trouver sur Internet au sujet de Roussky :

ishot-8

Il a été le chef du mouvement Nachi (les Putler Jugend) dans la ville d'Oukhta (république des Komis).

ishot-9

Nombreux rappels du tribunal municipal d'Oukhta pour non-paiement de dettes et d'amendes. C'est pour l'homme qui se fait appeler Roussky. Sous le nom qu'il portait avant, on peut imaginer tout ce qu'on veut ...

ishot-10

Ici en compagnie du gouverneur Gaïzer qui a été arrêté fin septembre. Voir ici :  http://ukraine2014.canalblog.com/archives/2015/09/20/32651702.html

ishot-14

Peskov : "Le Kremlin n'est pas au courant du fait que Vera Savtchenko serait interdite d'entrée en Russie."

ishot-12

A la reprise de l’audience, après de nombreuses questions sur les détails des combats, Novikov demande à Roussky : « Selon le procès verbal, vous avez dit que Savtchenko était grimpée sur un mât d’antenne. Vous avez pu l’apercevoir de là où vous étiez ? »

Le tribunal fait retirer la question.

Nadia Savtchenko : « D’après votre tatouage, vous avez servi dans les rangs des paras. A quelles guerres avez- vous participé ?

- C’est un secret militaire, je n’ai pas le droit de parler de ce qui s’est passé avant les évènements du 17 juin.

- Vous savez de quoi on m’accuse ?

- Ben oui …

- … d’avoir volontairement tiré sur des civils. Tout à l’heure, vous me tressiez des compliments, vous me "respectiez", selon vos propres mots. Comment pouvez-vous respecter quelqu’un qui par haine tue des civils ?

- Je vous trouve sympa comme personne, mais je n’approuve pas ce que vous avez fait.

- Et qu’est-ce que j’ai fait ?

- Vous avez tué des civils.

- Vous, un Russe, vous êtes venu défendre des Ukrainiens ?

- Y a pas de loi qui l’interdit. »

Feygin et Novikov doivent s'envoler pour Moscou. Il ne reste que Polozov, tandis que commence l'habituelle lecture fastidieuse de l'énoncé de pièces du procès et la description du contenu de différentes video, dont l'interrogatoire de Nadia par Plotnitsky. Les projeter serait plus simple, plus rapide et plus clair, mais la logique n'a rien à faire dans ce pseudo-procès. Le public lutte contre le sommeil.

ishot-11

ishot-15

L’accusation  décrit maintenant la vidéo où Vladimir Maretsky, un pope séparatiste illuminé, raconte les tortures que Nadia lui aurait fait endurer en mai 2014, quand il était prisonnier des Ukrainiens à Kharkov. Ici son témoignage sur Rossia 24 :  https://www.youtube.com/watch?v=MuoaSoA0JCc

Dans l'aquarium Nadia rit sous cape et Polozov sourit. La défense a toutes les preuves de la présence de Nadia à Kiev pendant cette période, cette accusation de tortures ne figure pas dans le dossier d'accusation et Maretsky ne peut produire aucun témoin de ce qu'il avance. 

Le procureur ouvre maintenant le tome 6. Nadia s’est allongée sur le banc, car elle a mal à la tête. Les robots masqués en armes qui la surveillent lui intiment l’ordre de se relever. 

ishot-16

Les procureurs donnent lecture d'une liste de documents et d'objets (dont des éclats trouvés dans des corps de victimes) transmis par des témoins mystérieux. On ne sait pas d'où ils viennent et pour certains, on ne sait pas en quoi ils sont reliés au procès.

ishot-17

Ainsi, le témoin secret Ivanov a transmis aux enquêteurs les papiers de la voiture d'un(e) certain(e) E.A Savtchenko, un(e) homonyme. Mais c'est tout bon, tout rentre dans ce pâté judiciaire !

ishot-18

Fin de l'audience, la prochaine aura lieu lundi 19 octobre.