ishot-8

Le cirque commence : le premier témoin de la journée est Ivan Ivanovitch Ivanov, un séparatiste qui témoigne sous ce pseudonyme en audioconférence. Sa voix est modifiée et le son très mauvais, ses propos sont parfois inaudibles. Aucun journaliste ukrainien n'est présent. D'ailleurs, très peu de médias se sont dérangés aujourd'hui...

Ivanov déclare au procureur que le 17 juin, il accompagnait les civils qui fuyaient le village de Metallist et qu’il était présent sur les lieux quand les deux journalistes ont été touchés.  

ishot-4

Polozov : "En réalité, il apportait des munitions à la batterie de mortier de Metallist."

ishot-5

"Dans les deux procès verbaux de ses interrogatoires, il confirmait la présence de cette batterie, il avait même dessiné son emplacement sur un croquis. Aujourd'hui, il affirme qu'il n'y avait aucun mortier."

Ci-dessous son dessin et un extrait de son procès verbal :

ishot-3

ishot-6

Novikov : « Combien de fois avez-vous été interrogé par les enquêteurs ? »

Ivanov : « Trois fois à Voronèj et une fois à Donetsk.

- Vous avez fait un croquis à ces occasions ?

- Oui.

- Combien de fois ?

- Deux fois.

- Pourquoi ?

- Pour y apporter des précisions.

- Lesquelles ?

- J’avais fait figurer un poste fortifié, mais l’enquêteur m’a dit que c’était juste des sacs de sable, alors j’ai refait le dessin.

- C’était à quelle date ?

- En février 2015.

- Vous dites qu’il n’y avait pas de mortiers à cet endroit le 17 juin, pourquoi avoir indiqué leur présence sur vos deux croquis ?

- C’est qu’on les a installés après.

- Et pourtant, on peut lire dans le procès verbal de votre interrogatoire qu’au moment de la mort des deux journalistes vous veniez d’apporter des munitions pour la batterie et que c'était votre 4ème voyage depuis le matin.»

Silence pour toute réponse.

Polozov : « A quelle heure exactement a été installée cette batterie ? »

Ivanov : « Après 13 heures, après que les deux journalistes ont été tués.

- De quelle manière Savtchenko a-t-elle pu recouvrer la liberté ?

- Certains disent qu’elle s’est enfuie, d’autres que Bolotov l'a fait libérer. »

(Ce même Bolotov qui devant des journalistes avait déclaré que Nadia Savtchenko était parvenue à s'enfuir ...)

Novikov : « Vous avez fait d’autres prisonniers ukrainiens ce jour-là ? »

Ivanov : « Une dizaine. Ils m’ont dit qu’ils voulaient nettoyer le territoire de la LNR, moi j’appelle ça un génocide. Pendant les trois premiers jours, c’était plus prudent de ne pas les approcher, le temps que les drogues qu’on leur donne pour monter au combat ne fassent plus leur effet. Ce qu’ils voulaient, c’est anéantir les séparatistes, c’est exprès qu’ils tiraient sur les immeubles et sur les civils. Jamais ils n’ont tiré sur notre bataillon Zarya, leurs cibles étaient toujours des civils. »

En raison de nombreuses contradictions, la défense demande que soient lus les différents procès verbaux des interrogatoires d’Ivanov. L’accusation s’y oppose, mais le juge soutient la requête et, à la reprise de l’audience après l’interruption du déjeuner, la lecture commence.

Je ne vois pas l'intérêt de perdre mon temps à reproduire le contre-interrogatoire d'Ivanov par la défense, il n'y a rien de neuf dans les réponses de ce soudard anonyme à la mémoire sélective.

ishot-10

Novikov : "Fin de l'audition d'Ivanov, c'est un marrant : c'est lui qui a apporté à l'enquêteur le résultats des expertises médico-légales des combattants séparatistes tués ce jour-là à Metallist, mais il ne s'en souvient pas."

Novikov, répondant aux questions de Radio Svoboda pendant l'interruption de l'audience :

http://www.svoboda.org/content/article/27340455.html

« On ne sait pas quel est le vrai nom de cet Ivanov, il est à peu près certain que c’est un de ces Russes qui est parti dans le Donbass pour jouer à la guéguerre. Il s’est retrouvé "chargé de missions spéciales de la LNR". D’après sa voix, il pourrait avoir une cinquantaine d’années. L’intérêt de ce témoin, c’est qu’il a reconnu pendant l’enquête que les séparatistes avaient tiré au mortier toute la matinée, même s’il le nie à présent. On ne peut pas exclure la version selon laquelle les journalistes auraient en fait été victimes de tirs amis : quand on laisse tirer un singe avec un mortier, ça peut tomber n’importe où… »

Le témoin suivant, toujours en audioconférence, est Mikhaïl Mikhaïlovitch Mikhaïlov, un autre séparatiste dont l'identité doit rester inconnue.

ishot-11

Polozov : "C'est lui qui a transmis à l'enquêteur la video de l'interrogatoire de Savtchenko et la photocopie de ses papiers d'identité."

Aux questions du procureur, il répond invariablement :"Je n'étais pas présent, mais on m'a dit que..." Et voici un extrait de son contre-interrogatoire par la défense :

Polozov : « Vous savez si Savtchenko avait une blessure ? »

Mikhaïlov : « Non.

- Quelqu’un vous en a parlé ?

- Oui, quelqu’un m’a dit qu’elle avait été blessée à la main.

- Quelle sorte de blessure ?

- Je ne me souviens pas.

- Vous avez décrit cette blessure quand l’enquêteur vous a interrogé ?

- Oui, je lui ai peut-être raconté ce qu’on m’avait dit. »

Novikov : « Il y a eu combien de blessés et de tués dans votre camp ce jour-là ? »

Mikhaïlov : « Je ne sais pas, j’étais parti quelque part.

- Parti où ?

- Je n’ai pas le droit de le dire.

- Entre 8 heures et 14 heures, vous étiez où ?

- J’étais ailleurs. »

Quand il déclare à la défense que les séparatistes n’avaient pas tiré au mortier ce matin-là sur les forces ukrainiennes, Novikov demande que soient lues les réponses qui figurent dans le procès verbal de son interrogatoire du 1er juillet 2014 où il affirmait le contraire.

Puis vient le moment "tant attendu" : la lecture soporifique de pièces du procès. Le public (très rare !) peut commencer sa sieste.

ishot-12

ishot-14

Polozov : "L'accusation lit maintenant le rapport d'expertise psychiatrique de Nadia Savtchenko."

ishot-17

"Lecture des résultats des expertises techniques du téléphone et des deux cartes-Sim de Savtchenko."

Et c'est ainsi que s'achève l'audience d'aujourd'hui. A demain pour la suite...

ishot-16

"L'accusation a produit à ce jour tous ses témoins sauf trois : il reste Pogorely, le mystérieux Sergueev et Plotnitsky."

Calendrier des audiences de novembre

ishot-1