Cette video a été postée il y a 48 heures. Poutine n'a toujours pas réagi. Qui s'en étonnera ? https://www.youtube.com/watch?v=m6VVnZXBMlE (A 8’30’’, cet appel est suivi d’une séquence filmée sur les lieux.)

ishot-4

Pavel Goussev : Vladimir Vladimirovitch, je m’adresse à vous pour vous expliquer ce qui s’est passé sur la route entre Orenbourg et Orsk le 2 janvier : une trentaine de voitures avec 80 personnes à bord se sont retrouvées coincées sous des amas de neige. Nous avons téléphoné partout, on nous répondait « Attendez, on arrive avec toute la technique nécessaire. » Personne n’est venu. Nous avons appelé le service des Situations d’urgence. A chaque fois, l’opératrice nous a répondu : « Qu’est-ce que vous alliez foutre sur la route, fallait rester chez vous et continuer à picoler. »

Cette situation a duré plus de 15 heures. Nous avons commencé à brûler les sièges et tout ce qui pouvait nous réchauffer, les passagers des voitures qui n’avaient plus d’essence se rassemblaient dans celles qui en avaient encore. Les hommes ont tenté de se frayer un chemin dans les congères pour retrouver ceux qui gémissaient dehors dans ce froid glacé, et comme je l’ai appris plus tard, certains étaient tellement gelés qu’ils ont dû être amputés. Une femme enceinte, des vieillards, des jeunes enfants… A quoi sert le ministère des situations d’urgence ? Le premier secours qui est apparu, ce fut 6 policiers et un camion. Quand ils sont arrivés jusqu’à nous, ils ont dit : « On vous envoie tout ce qui faut. » et ils sont repartis. Ils n’avaient apporté aucun brasero ni quoi que ce soit pour nous venir en aide. Après, ce fut un tracteur du village voisin qui a fait son apparition. Quand il a vu l’ampleur de la catastrophe, il est reparti.

Nous avons été finalement sauvés le 3 janvier, mais un homme a eu le temps de mourir d’une crise cardiaque, un autre a fait une attaque cérébrale et beaucoup devront subir des amputations.

Comme la télévision n’en a pas parlé, je veux que vous soyez au courant, Vladimir Vladimirovitch.

Quand j’ai quitté Orenbourg, le temps était clair, rien n’annonçait une tempête de neige. Au dernier poste de contrôle routier, soit 2 kms avant que nous nous retrouvions coincés, le policier ne nous a pas arrêtés, ne nous a pas prévenus que nous nous dirigions vers un tel piège.

Où étaient les super véhicules tout terrain du ministère des situations d’urgence ? Pourquoi ses standardistes nous ont-elles répondu si grossièrement ? Pourquoi les policiers sont-ils venus sans médecins, sans braseros, sans couvertures et sont repartis sans même prendre à leur bord les plus faibles ?

Quand un pays étranger appelle au secours, on fait envoyer toute l’aide technique, médicale et humanitaire nécessaire, pourquoi ne fait-on rien quand il s’agit de nous, les Russes, vos concitoyens ? Rien que du thé chaud, même cela on ne l’a pas eu !

ishot-6

Quand comprendront-ils enfin que ce genre d’adresse à leur président est comparable aux appels de détresse que lancerait une souris à un piège à rats ou bien un poulet au barbecue sur lequel il est en train de griller ? 

(Intéressant rapport du ministère des situations d’urgences. On peut lire sur leur site  заявляли qu’ils ont envoyé 157 sauveteurs et 55 véhicules. La verticale du mensonge est aussi effective que celle du pouvoir...)

Joyeux réveillon de Noël à nos amis russes. Tenez le coup ! Votre seul espoir est qu'il parte avant vous.