Nadia est en grève de la faim depuis 60 jours

ishot-10

Seul Ilya Novikov est présent à l’audience d’aujourd’hui. Il dépose requêtes sur requêtes, elles concernent toutes le portable de Nadia Savtchenko dont l’enquêteur principal Manchine a refusé de prendre en compte le billing, alors qu’il prouve la présence de Nadia à Lougansk bien avant la mort des deux journalistes. Il demande donc que soit procédé à de vraies expertises.

Le procureur : « Nous sommes contre, rien ne prouve la présence de l’accusée à Lougansk au moment des faits, ce n’est que votre hypothèse. »

Pendant que juges et procureurs se retirent pour prendre leur décision, Anton Naoumlyouk informe de la mise en ligne d'un article du site Meduza. Un de ses journalistes, Ilya Azar, avait transmis à Nadia 33 questions : https://meduza.io/news/2016/02/15/korotkiy-spisok-vazhnyh-voprosov-nadezhde-savchenko

Elle y a répondu par une longue lettre https://meduza.io/feature/2016/02/15/ne-stoit-k-lyudyam-otnositsya-kak-k-musoru que je résume ici :

ishot-3

« Le caractère provocateur et agressif de vos 33 questions, dont j’ai d’abord cru qu’elles venaient de Lifenews et qui ne sont précédées d’aucunes formules de politesse ni de mots d’encouragement, aurait pu me dissuader de vous répondre. Mais je voulais comprendre qui vous étiez vraiment et voilà pourquoi j’ai attendu de vous voir parmi le public lors des audiences.  Auxquelles vous n’assistez que depuis le 1er février. J’ai observé votre comportement, monsieur le rédacteur barbu de Méduza. (Pardonnez-moi de vous appeler ainsi, mais vous n’avez pas jugé bon d’indiquer votre nom dans votre courrier.) Oui, je vous ai bien observé : vos sourires cyniques, vos moues expressives quand parlent mes avocats, la façon dont vous êtes assis : quand cette journaliste canadienne vous a prié de lui faire un peu de place, vous l’avez toisée et vous êtes un peu plus étalé sur le banc. Elle a passé la journée assise par terre. Vous êtes un prétentieux, un cynique et un goujat. Vous représentez cette presse à scandale pour laquelle la vérité ne compte pas. »

ishot-4

Feygin : "Que Meduza aie décidé à cet instant précis du procès de publier la lettre de Nadia risque d'avoir des conséquences néfastes sur le verdict et les pourparlers éventuels au sujet de sa libération."

ishot-5

Polozov : "Nadejda Savtchenko est une figure héroïque au caractère bien trempé. Azar, un provocateur. Et ceux qui le soutiennent sont des salauds. Je n'ai rien de plus à ajouter."

Quand les procureurs, le visage réjoui, reviennent dans la salle, Nadia lance : « Alors, procureur Iounochev, on a l’air content ? Quand vous avez ce sourire en coin, je sais que j’ai toutes les raisons de m’inquiéter ! »

Il ne faut pas être grand clerc : le tribunal repousse toutes les requêtes de Novikov.

Novikov dépose une nouvelle requête, qui concerne la vidéo où Nadia est filmée par le séparatiste Egor Roussky. Il demande que soit procédé à une nouvelle expertise. Le tribunal a jusqu’alors refusé de prendre en compte les conclusions des experts russes en astronomie qui ont établi, grâce aux ombres portées, l’heure à laquelle a eu lieu cette capture, à 15 minutes près.

Les procureurs demandent du temps pour préparer leur réponse. Les juges décrètent donc, plus tôt que d’habitude, l’interruption habituelle pour le déjeuner.

Quand l’audience reprend, l’accusation annonce avoir trouvé un expert en astronomie, Valeryan Sementsov, qui est prêt à vérifier si les ombres portées sur la vidéo permettent d’établir quand elle a été filmée.

Comme on dit en russe : « Par un coup de chance inouï, il y avait justement un piano caché dans les fourrés. »

ishot-7

L'astronome porte sur son sac à dos un ruban de Saint Georges, gage évident de son impartialité : «  Je suis à votre disposition pour mener cette expertise, mais il y a un "mais" : si la caméra n’est pas tenue dans une position absolument horizontale, les ombres portées subissent une transformation qui ne permet pas d’évaluer leur longueur par rapport à un axe vertical. » (Sauf qu’en penchant la tête, un spectateur restitue de lui-même l’horizontalité du plan, mais il est vrai que je ne suis pas docteur en astronomie comme ce savant…)

L’accusation (qui avait interdit à la défense de projeter cette vidéo quand l'astronome russe Vosyakova était à la barre) : « Si nous vous montrons cette vidéo, pourrez-vous en faire l’analyse ? »

Tryphon Tournesol : « Je vais essayer. »

Quand la vidéo commence, l’expert demande à ce qu’on la ralentisse, il voudrait avoir le temps d’examiner chaque plan. La secrétaire de séance : « Je ne sais pas comment on fait… » Elle appuie sur stop quand le lui demande l’astronome, mais tombe toujours après le plan désiré. On appelle un technicien, ses longues études lui permettent de découvrir la touche image par image.

Novikov indique à Tryphon Tournesol un plan qu’il a laissé passer : « Un peu avant, il y avait un homme dont l’ombre portée était très nette, vous ne voulez pas revenir dessus ? »

Tryphon Tournesol : « C’était une ombre ? Je croyais que c’était une branche… »

Novikov : « Et là, il y avait des rayons de soleil, ça peut vous aider ? »

Tryphon Tournesol : « Non, ce sont des reflets dans l’objectif. »

Tryphon a choisi quelques plans qui lui semblent utilisables, on lui en fait des copies d’écran et le tribunal lui donne une heure pour présenter ses conclusions. (Si en plus il est capable, dans ce laps de temps réduit, de donner l’âge du capitaine Haddock, on lui promet un second ruban de Saint Georges.)

Nadia : « Et ça va être considéré comme une vraie expertise ? Vous allez la joindre aux pièces du procès ? »

Le juge : « Arrêtez de provoquer le tribunal, vous avez déjà été prévenue ! »

ishot-9

L’heure est passée, Tryphon revient à la barre : dans les six images qu’il a étudiées, il a constaté que l’horizon n’était pas à l’horizontal, que la focale n’était pas nette, que les perspectives étaient écrasées et que la position du soleil ne correspondait pas à l’heure indiquée par le timer.  Il en conclut donc qu’il ne peut rien en conclure, car ces plans ne permettent pas de savoir à la minute près quand ils ont été tournés, ils autorisent juste des hypothèses quand à la plage temporaire.

Le procureur : « Votre collègue Vozyakova, qui les a analysés, a prétendu le contraire… »

Tryphon : « Oui, elle a travaillé selon des méthodes scientifiques, et je suis d'accord avec ses estimations, mais elle n’a pas pris en compte le fait que, l’objectif n’étant pas tenu à l’horizontal, les ombres portées sont déformées. »

Le procureur : « On ne peut donc pas utiliser ces plans pour estimer l’heure ? »

Tryphon : « Comment dire ? Il faudrait savoir comment se tenait l’homme qui filmait, il faudrait examiner le timer de la caméra, car il n’a pas fonctionné d’une façon linéaire… »

Novikov : « Excusez-moi, mais vous sortez de votre domaine d’expertise ! Dites-moi, est-il possible que le plan 1359 ait été filmé au plus tard non pas à 10h17, mais à 11h47 ?

- C’est possible.

- Et le plan 1357 aurait-il pu être filmé non pas à 9h03, mais à 10h30 ou plus tard ?

- Si la caméra était penchée, ça pouvait être à n’importe quelle heure.

- Par exemple plus tôt, à 8 heures ?

- Ah, non, ça c’est impossible !

- Donc plus tôt, c’est exclu, mais plus tard, ça peut être n’importe quand ?

- Je pense que oui. »

Nadia demande à Tryphon : « Ce ruban de Saint Georges sur votre sac à dos, c’est à mon intention personnelle, à celle des soldats ukrainiens ou à celle des habitants du Donbass ? »

Tryphon Tournesol : « Rien de personnel. J’ai juste beaucoup de peine à cause de ce qui se passe en Ukraine. »

Prochaine audience mercredi 17 février

ishot-11

Ilya novikov : "Les débats n'auront donc pas lieu cette semaine. Plutôt les 24 et 25 février. Et dans ce cas, le verdict pourrait être prononcé aux alentours du 8 mars."