Dans l'ignorance de ce que va décider le Huïlo au sujet de Nadia Savtchenko, qui va probablement fêter en mai pour la seconde fois son anniversaire en prison (la reconduction des sanctions devant être décidée en juin, le preneur d'otages ne la relâchera sans doute pas avant d'être sûr qu'elles seront levées), je reviens à l'actualité. Aujourd'hui, elle sera franchouillarde :

Traduction non littérale des propos tenus hier par notre ministre Etranger aux Affaires Jean-Marc Zayrault lors de sa parade d’amour à Moscou : https://www.youtube.com/watch?v=V508q24jaIg

poutine ayrault

« Serge, dès que je suis entré en fonction, je suis resté près du téléphone, tremblant d’impatience, dans l’attente d’un coup de fil de ta part. Tu m’as enfin appelé et je suis venu le plus vite possible ! Je viens de rencontrer Poutine, il a eu la bonté d’accepter mes hommages, en remerciement de quoi j’ai cassé du sucre sur le dos de l’Ukraine, qui s’entête à ne pas vouloir régler la situation dans le Donbass. J’ai invité Vova en octobre à Paris pour l’inauguration de son Centre culturel du Roussky Mir et de l'orthodoxie triomphante. Quel bonheur : il a accepté ! »

ishot-5

(В 1938 году МИД Франции настойчиво требовал от Чехословакии «федерализации» страны и передачи Судетской области Германии — «ради мира в Европе.Не рой яму другому — сам в нее попадешь.». https://inforesist.org/istoriya-nichemu-ne-uchit-zhirnyiy-zapad/   

« Le grassouillet Occident ne tirera jamais les leçons du passé : En 1938, le ministère français des affaires étrangères ne cessait d'exiger que la Tchécoslovaquie accepte d’être fédéralisée et offre les Sudètes à l’Allemagne, pour le bien de la paix en Europe. La tombe que tu creuses pour autrui sera la tienne. ») 

Les réactions ukrainiennes à cet acte d’allégeance sont peu nombreuses, car il est considéré à Kiev comme un non-événement : « Il est de notoriété publique que la France ne comprend pas grand-chose à l’Ukraine et que son seul intérêt est de fermer le dossier Minsk 2 dont Hollande est un des garants. Pendant cette longue nuit des dupes à Minsk l’année dernière, l’Ukraine a dû s’engager à tout… et la Russie à rien. C’est donc à la victime de rendre des comptes, tandis qu’on déroulera le tapis rouge au violeur en octobre prochain. » https://inforesist.org/girya-pust-visit-na-shee-u-putina-ekspertyi-o-trebovaniyah-frantsii-po-spetsstatusu-donbassa/

En attendant, la France fait des pompes : nuitdebout/jourcouché.