Dans cet article intitulé "Si vous êtes convoqué par la Gestapo", un Russe donne des conseils à ses concitoyens. http://avmalgin.livejournal.com/6255278.html

Ils vous ont demandé de vous présenter ? Ils veulent vous voir parce qu’ils ont des questions à vous poser ? Ils ont déposé un avis de convocation dans votre boîte à lettres ? Ils vous ont téléphoné parce qu’ils voudraient avoir une petite conversation avec vous ?

Instructions à suivre :

Ne pas leur parler, ne pas répondre à leurs coups de fil, ne se rendre à aucune convocation et ne rien signer.

Ils vous ont appelé sur votre portable ? Dites que vous êtes à Khabarovsk avec une jambe cassée et que vous reviendrez dans six mois.

Vous avez signé l’avis de convocation ? Si ce n’est pas le cas, direct poubelle et oubliez-le. Si oui, foncez chez votre médecin pour qu’il vous fasse un certificat médical. Et ne signez pas le prochain avis, lequel aura moins de chances de vous atteindre si vous allez vivre chez des amis.

En un mot, vous devez faire en sorte de compliquer au maximum leur travail, qui est de vous trouver, de vous coller un délit et de vous traîner devant des juges.

C’est comme ça qu’ils fonctionnent : ils ont besoin d’inventer des coupables pour prouver leur rendement auprès de leur hiérarchie et vous leur facilitez la tâche en répondant comme des agneaux à leurs convocations.

Que pensez-vous qu’ils feront, s’ils n’arrivent pas à vous faire venir chez eux ? Ils multiplieront leurs efforts et leurs effectifs pour vous retrouver ? Ils feront des heures supplémentaires ?

Non, non et non.

Ils passeront tout simplement à quelqu’un d’autre, qui leur causera moins de problèmes, car l’important pour eux n’est pas "qui arrêter", mais tout simplement d'arrêter quelqu'un.

En résumé : avec les poulets et les tchékistes, aucun contact et bouche cousue. En revanche, racontez ce qui vous arrive au plus de gens possible et parlez-en sur un blog ou sur les réseaux sociaux : rien ne doit rester secret, non pour satisfaire la curiosité de vos lecteurs, mais pour votre propre sécurité. Vous éviterez ainsi de vous faire recruter comme mouchard par leurs services ou de vous retrouver avec une quelconque accusation sur le dos.

Si vous vous êtes rendu tout de même à la Gestapo et qu’ils vous proposent de signer quoi que ce soit, jouez alors la carte de la bonne volonté, quitte à passer pour un imbécile, en leur répondant : « Ce serait vraiment avec plaisir, mais il faut d’abord que je demande conseil à ma femme, à mes parents, à mes enfants, à mes amis, à mon entourage et à ceux qui me suivent sur Internet. »

***

buchenwald

Cette lettre (cliquer pour agrandir), portant la mention confidentiel, a été adressée en 1948 au camarade Serov, vice-ministre de l'Intérieur de l'URSS, par le camarade général Dobrynine en charge du Goulag. Ce dernier regrette que tout le bel équipement de Buchenwald et de Molberg demeure inutilisé et propose de le déménager en URSS : barraques en bois, cuisines, buanderie, et appareillages médicaux, sans oublier les chaînes de production. (Je suis malheureusement incapable de déchiffrer les notes portées à la main...) 

***

Il aura fallu attendre 4 ans pour que le service russe d’application des peines reçoive l’injonction par un tribunal de faire extraire de la poitrine d’un zek le clou qu’il s’était enfoncé dans la poitrine pour protester contre l’absence de soins au bagne de Tchita : Mikhaïl Derbine souffre d’hépatite et d’arthrose, l’administration du camp détruit à leur arrivée les médicaments que lui envoie sa mère, il en avait été donc réduit à ce geste de désespoir. 

http://www.svoboda.org/content/article/27745189.html

Toutefois, l’opération tant attendue n’est pas pour demain : le juge, dans ses conclusions, laisse un délai de 6 mois aux médecins pour procéder à l’opération. L’humanisme a des limites !

***

La guerre picrocholine de Mark Feygin

Le verdict de culpabilité prononcé ce matin par le jury populaire de Grozny à l'encontre de Klykh et de Karpyouk fait ricaner Feygin, dont je résume ici les dernières interventions sur le net : "Et voilà, leurs avocats et l'invité de dernière minute (Ilya Novikov) n'ont pas voulu jouer la carte politique, que ce soit une leçon pour eux ! Polozov et moi avons transformé le procès Savtchenko en un show médiatico-politique, unique façon de combattre l'arbitraire de la justice russe. Ceux qui croient encore à l'utilité des procédures sont nuisibles à leurs clients." Et d'un grand geste de manche... il a banni Ilya Novikov de son compte Twitter. https://inforesist.org/feygin-zabanil-drugogo-advokata-savchenko-v-twitter/

Je considère personnellement que c'est précisément Novikov qui a fait TOUT le travail, aidé en cela par l'avocat ukrainien Plakhotnyouk. Quel poids auraient eu les indignations Feygino-Polozovienne, si elles n'avaient été soutenues par les démonstrations de l'alibi de Nadia par Novikov ? Le billing de son téléphone, l'analyse du mât d'antenne, la recherche de témoins et d'experts, toutes ces démarches en Ukraine et en Russie, un travail inutile ? La communauté internationale se serait-elle indignée, si on ne lui avait proposé comme nourriture que la mantra de Feygin : "Procès fabriqué ! Juges vendus ! Scandale judiciaire !" C'est précisément en appliquant les règles procédurières que le caractère ubuesque de ce procès est devenu évident. 

A l'occasion du Jour de la broderie ukrainienne, Novikov et les deux otages ukrainiens de Grozny avaient revêtu aujourd'hui des chemises brodées.

novikov

Article en français sur le procès de Grozny : http://uacrisis.org/fr/43205-francais-les-tortures-la-folie-les-larmes-reportage-en-tchetchenie-ou-des-ukrainiens-sont-juges-pour-des-motifs-politiques

naoumlyouk

Réaction de Nikolaï Karpyouk au verdict du jury : "Des esclaves ne pouvaient pas nous rendre la liberté."