douma

L’année parlementaire russe s’est achevée hier avec le vote des amendements à la constitution proposés par Irina Iarovaïa et Viktor Ozerov (287 pour, 148 contre et une abstention), les députés peuvent maintenant partir en vacances, pour la plupart à l’étranger, où ils ont leur villa ou un ancrage pour leur yacht.  Poutine les a chaudement félicités d’avoir bien travaillé et leur a donné rendez-vous au 18 septembre, jour de l’élection à la nouvelle Douma. 

elkine poutine

Le sénat n’a plus qu’à confirmer tous ces amendements aux lois antiterroristes et Poutine à signer. Je les résume : la non-dénonciation devient un crime, la responsabilité pénale est abaissée à 14 ans, les échanges téléphoniques n’ont plus rien de secret pour Big Brother et la surveillance sur Internet devient totale.

Ainsi, Pacha, 14 ans, fera un an de prison pour n’avoir pas dénoncé son frère qui, en rigolant, aura déclaré : « t’imagines, si quelqu’un faisait sauter l’école, eh ben, on n’aurait plus classe pendant un bon bout de temps ! » ou bien « les fonctionnaires corrompus, il faudrait tous les fusiller ! ». Macha, même âge, se retrouvera derrière les barreaux parce qu’elle a mis un like sur un tweet contre la guerre en Ukraine ou l’aura simplement retweeté. 

Leurs parents vont être de plus en plus prudents en envoyant un SMS, en téléphonant ou en écrivant un courriel : les métadonnées de leurs échanges vont être conservées par leurs opérateurs pendant un an et leur contenu pendant six mois, et ils seront tenus de les communiquer aux organes compétents, sans que l’injonction d’un tribunal soit désormais nécessaire. Selon des experts, la conservation et l’archivage devraient coûter aux opérateurs 50 milliards de dollars au minimum, qui seront répercutés sur le prix des abonnements. Comme le dit Dmitri Goudkov : « Les Russes vont payer eux-mêmes la corde qui les pendra. »

iarovaia

Irina Iarovaïa

La notion d’acte terroriste est étendue à toute forme d’action dont le but est de porter atteinte à l’ordre et à l’intégrité de l’état : un rassemblement dans la rue ou un piquet individuel de protestation, une photo ou une caricature sur le net, tout cela pourra être considéré comme une menace terroriste.

iarova

Ilya Iachine, vice-président du parti d’opposition Parnas : « Cette Douma aura été la honte nationale de la Russie en raison du cynisme absolu, de l’absence de principes de la plupart de ses députés et de leur bêtise. »

Sergueï Parkhomenko, journaliste : « Cette Douma aura tout fait pour détruire notre société et restaurer l’ancien système répressif. »

Olga Romanova, activiste pour les droits civils : « Cette Douma fut une honte et celle qui sera élue en septembre prochain fera pire encore, car les députés ont compris ce qu’on attendait eux : maintenir leur concitoyens dans la peur pour préserver un régime à l’agonie. »

Iegor Prosvirnine, journaliste : « Une assemblée de fous. Iarovaïa, avec ses amendements, a jeté à bas tous les principes qui figuraient dans notre constitution et entrepris la destruction du segment russe d’Internet. »

Arkady Babtchenko, blogueur et journaliste : « Ces salauds méritent le tribunal de La Haye. Ils ont servi de chambre d’enregistrement aux projets guerriers de Poutine en Ukraine, ils ont voté la loi "Dima Iakovlev" qui interdit aux étrangers d’adopter des orphelins handicapés : ils auraient pu être soignés en Europe et aux USA, ils sont maintenant abandonnés dans nos orphelinats-mouroirs. Et maintenant ce paquet de lois antiterroristes. Un parlement de scélérats et de prostitués. »

Leonid Volkov, membre du parti d’opposition Progrès : « Des bandits incompétents, aux ordres de l’administration présidentielle. »

Iekaterina Schulmann, politologue : « Ils ont livré notre constitution au chaos : elle n’est plus maintenant qu’une énumération d’interdits et de menaces au peu de libertés qui nous restaient. »

***

Mise au point : Les commentaires sur ce blog ne sont pas modérés. Chacun peut y exprimer son opinion. Comme j'ai trop peu de temps pour entamer des polémiques, je tiens à préciser que je suis pro-européenne, que je considère la sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne comme un cadeau à Poutine, que je souhaite à l'Ecosse de pouvoir re-venir vers nous. Et que mon plus grand espoir est que l'Ukraine, une fois qu'elle aura réalisé ses si difficiles réformes, puisse un jour nous rejoindre à son tour.