merkel

Путин не обещал Меркель отвести войска от границы Украины - Лавров

http://www.unian.net/politics/903563-putin-ne-obeschal-merkel-otvesti-voyska-ot-granitsyi-ukrainyi-lavrov.html

Le ministre des Affaires Etrangères russe Sergueï Lavrov déclare que Vladimir Poutine n'a jamais promis le 31 mars à Mme Merkel de retirer ses armées de la frontière ukrainienne. Il s'agissait seulement du retour d'un bataillon dans sa caserne de l'oblast de Samara. 

A la question posée lors d’un récent sondage les Russes veulent-ils la guerre ? 75% des Russes ont répondu oui. Si la question avait été les Russes veulent-ils la paix ? ces mêmes Russes auraient sans doute répondu oui dans la même proportion. Pourquoi cette certitude ? Il y a dans le peuple russe une constante que Tolstoï avait évoquée dans son roman Anna Karénine. Levine, un des personnages, dans une discussion avec son frère sur la nécessité de la guerre, (il s’agit de la guerre russo-turque pour libérer la Bulgarie) fait appel à un vieil homme pour avoir l’opinion du peuple sur le sujet. « Qu’est-ce que tu penses de la guerre ? » Et le vieil homme de répondre : « Pourquoi penser ? Qu’est-ce qu’il y a à penser ? Notre Souverain l’Empereur Alexandre Nikolaievitch a pensé pour nous. Pourquoi est-ce qu’on irait penser ? »

Les Russes, me semble-t-il, sont aussi ignorants que les Occidentaux des projets de leur maître. Mais ils sont prêts à les soutenir. Et j'en arrive à la réponse que donnait Satarov à la question de savoir si la Russie opérait un retour en arrière pour redevenir l'URSS. Voici un résumé de ses thèses :

"Ça ressemble à l'URSS, ça a un goût d'URSS, mais ce n'est pas l'URSS. Certes, toute la symbolique y est : la propagande, l'appel à l'unité contre l'Etranger menaçant, la condamnation des éléments nationaux-traîtres et d'une hypothétique cinquième colonne, les lettres de soutien aux décisions du pouvoir et la dénonciation des dissidents,  la censure et les votes unanimes ... Mais la Russie a déjà tenté ce retour, ce fut le putsch communiste de 1991. On en a vu le résultat. Et depuis ce pays a goûté au capitalisme, l'enrichissement de certains ne peut être comparé au style de vie d'un Brejnev. Qui voudrait, parmi ces milliardaires (et ils sont au pouvoir) retrouver le système soviétique ? La classe moyenne y perdrait aussi ... En fait, ce à quoi nous assistons depuis dix ans, c'est à la naissance d'un empire totalitaire, habillé du costume soviétique dont le peuple a la nostalgie. Comment peut-on, me direz-vous, avoir la nostalgie des queues dans les magasins, du déficit constant des produits de consommation, du manque d'information, de l'interdiction de voyager à l'étranger ? C'est que les plus âgés regrettent leur jeunesse et que la nouvelle génération ne connaît pas l'histoire. Les dirigeants russes jouent sur cette ambigüité pour atteindre leur but : non pas tout le pouvoir aux soviets, mais de plus en plus de pouvoir pour simplement durer. Avec le peuple comme figurant. A 75%.