site

Voici un site "référençant" les Russes "aux ordres de l’Occident haineux et de l’Ukraine fasciste" qui utilisent les réseaux sociaux pour calomnier la Russie et répandre des mensonges sur le Roussky Mir : en quelque sorte, une plateforme de dénonciation collective pour des exécutions à venir…http://www.omega2000.hop.ru

C’est ça le progrès : avant, les corbeaux devaient prendre leur plus belle plume pour écrire au KGB et dépenser un timbre, maintenant c’est le stand de tir gratuit pour tous les dérangés et fous furieux… 

http://www.bbc.com/russian/features/2016/06/160621_smj_prigozhin_opposition_violence

« On y trouve les noms de plus de  800 personnes qui, pour s’être permis de critiquer le régime ou s’être moqués de Poutine, sont traités de salauds et de cafards qui méritent d’être écrasés d’un bon coup de talon.» Ce site a connu une première version (whoiswhos.me https://archive.is/RT2pA), maintenant disparue, elle ne demeure dans la mémoire d’Internet que sous la forme d’une capture d’écran :

denonciation

"Quoi, on t'insulte sur le net ? On déverse sur toi des tombereaux de merde ? Non seulement sur toi, mais peut-être aussi sur ton pays ? Une sale gueule tape sur son clavier des dégueulasseries ? Ne t'en fais pas et dénonce-le ! Non, tu ne seras pas un mouchard, mais une épée de justice punissant ces perfides qui se répandent en saloperies. Ecrase de ton talon ce cafard. Tu as peur qu'il te retrouve ? Tu parles... ! Dénoncer ne serait pas bien ? Et l'honneur, la vérité et la conscience ? En nettoyant la toile de ces ratés et de ces raclures, tu rendras le monde meilleur. Tu ne veux pas ? Réfléchis bien : qui le fera, sinon toi ?"

Extrait d'un article d'Oleg Kachine : http://rus2web.ru/speczmaterialyi/vremya-povarov.html

« C’est le député de la Douma Dmitri Goudkov qui a évoqué le 31 mai pour la première fois les mystérieuses agressions dont ont été victimes des utilisateurs d’Internet qui avaient critiqué ou moqué le régime sur les réseaux sociaux ou des blogs. Une habitante de Saint Petersbourg s’était adressée à lui pour lui signaler qu’après de nombreuses menaces des inconnus avaient mis le feu à sa voiture. Et son cas n’est pas unique : d’autres sont battus à la sortie de leur immeuble, d’autres sont suivis en permanence pendant leur déplacements. Tous figuraient sur le site de dénonciation "whoiswhos.me",  dont Goudkov a obtenu la fermeture. 

La presse s’est emparé du sujet, mais le mystère demeurait quant à l’identité des organisateurs de ces règlements de comptes. Le journal de Saint Petersbourg Fontanka , puis le service russe de la BBC ont mené une enquête et selon leurs conclusions, il pourrait s’agir de structures proches de l’homme d’affaire Evguény Prigojine.

prigojine2

En 2011, j’avais interviewé Vladimir Kojine, alors à la tête de l’administration présidentielle, sur les rumeurs scandaleuses qui couraient à l’époque : on disait qu’Arkady Novikov avait ouvert un restaurant au 10ème étage de la présidence et réservé exclusivement aux "amis". Je m’attendais à ce que Kojine me réponde que les lieux du pouvoir ne sont pas un endroit pour une activité commerciale, mais au contraire, il confirma que c’était exact, à ceci près qu’il ne s’agissait pas de Novikov, mais d’un restaurateur peu connu de Saint Petersbourg, un certain Evguény Prigojine.

C’est ainsi que j’entendis pour la première fois le nom du "cuisinier de Poutine". On connaissait les voisins de datcha de Poutine, ses profs de judo, tout ce clan de Saint Petersbourg qu’il avait fait venir à Moscou, mais Prigojine était jusqu’alors demeuré dans l’ombre. Non sans profiter des largesses du nouveau président de la Russie : ce parfait inconnu s’était vu attribuer le marché des cantines scolaires et militaires en 2010.

Parallèlement à ses activités aux fournaux, il gère l’usine des trolls d’Olguino et dirige le "groupe Wagner", qui s’occupe du recrutement de mercenaires pour le Donbass et la Syrie. (Sur le groupe Wagner, cet article en français : http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/02/25/31002-20160225ARTFIG00138-des-groupes-militaires-prives-russes-sur-le-sol-syrien.php )

prigojine1

Quel chemin parcouru en 6 ans ! Celui qui passait les plats à Poutine au 10ème étage, et n’hésite pas à le faire encore, est désormais une véritable éminence grise du pouvoir. C’est à lui qu’on fait appel pour les sales besognes, celles qui sont plus du domaine de la criminalité que de la politique, car il n’est pas sous les projecteurs des médias. Il a d’ailleurs été parmi les premiers à profiter de la loi qui assure le droit à l’oubli sur Internet : certaines traces encombrantes de son passé ont été soigneusement effacées.

prigojine3

On peut s’étonner de l’étendue de ses activités. Le monopole sur la restauration scolaire et les cantines de l’armée, c’est dans la logique de sa spécialité, mais l’usine de trolls et la gestion des mercenaires envoyés à l'étranger ? Et tout porte à croire qu’il ait désormais ajouté une nouvelle corde à son arc en coordonnant les dénonciations des opposants sur la toile et les agressions contre eux qui en découlent. Il n'existe pas encore de preuves directes de son implication dans ces attaques ciblés, mais elles sont bien dans l’esprit des trolls d’Olguino et de leurs messages menaçants contre les réfractaires à la propagande poutinienne.»

elkine bot

"Robot, mon client, a écrit tous ces commentaires sous le coup de l'émotion !"