ganapolsky

Le journaliste Matveï Ganapolsky, sur les ondes d'Echo de Moscou. 

http://echo.msk.ru/programs/replika-ganapolskiy/1522392-echo/

Il semble que la tragédie des Tatars de Crimée n’aura jamais de fin. Le camarade Staline commence par les déporter tous, en une seule nuit, dans des wagons à bestiaux, jusqu’en Sibérie. 40% d’entre eux périssent, femmes, enfants, vieillards …

Pendant que son peuple meurt en exil, Moustafa Djemilev est enfermé plus de dix ans au Goulag pour avoir défendu le droit des Tatars à retrouver leur patrie.

A la fin des années 80, ceux qui ont survécu reviennent peu à peu en Crimée. Personne ne leur demande pardon. Ils doivent tout recommencer à zéro, se construire un toit, faire les semailles, organiser le Medjlis (le Parlement criméo-tatar) et nouer des liens avec les autorités ukrainiennes. Celles-ci ne les aident pas beaucoup, mais ne leur causent pas d’ennuis et, au moins, manifestent leur compassion.

Et voilà que la Crimée est désormais nôtre. Poutine téléphone à Djemilev, l’accable de compliments et lui demande ce qu’il désire. « Que vous retiriez votre armée » lui répond Djemilev. « Je m’y attendais » réplique Poutine. On pourrait croire qu’il n’est pas fâché, puisqu’il promet même qu’on « ne touchera pas à un seul cheveu de la tête d’un Tatar. »

Et pourtant si, il est fâché, car les répressions commencent immédiatement : perquisitions chez les activistes, interdiction des rassemblements, création d’un Medjlis collaborationniste, arrestations et meurtres. Des dizaines de personnes disparaissent sans laisser de traces et ceux qui protestent sont appelés la « cinquième colonne ».

Après le refus de Djemilev et de Tchoubarov de demander un passeport russe, on leur refuse l’entrée en Russie. C’est à dire dans leur patrie, la Crimée.

Et pourtant, on continue à entendre leurs voix grâce à la chaine ATR. Oh, qu’elle est mauvaise, cette chaine : elle sème le trouble et est dirigée par Lenour Islyamov, le producteur de Khaïtarma, ce film qui relate les horreurs de la déportation.

Bref, pour être fidèle à sa promesse de protéger les Tatars de Crimée, Poutine ferme ATR et avec elle, une chaine pour enfants et deux stations de radio qui émettent elles aussi en russe et en tatar.

Le pouvoir a vaincu, mais ne s’arrête pas là. Parallèlement, Poutine signe un oukaze créant « l’agence fédérale pour les questions des nationalités ». Cet organisme s’occupera de l’élaboration et de la régulation de la politique ethnique à l’égard des peuples qui composent la Fédération de Russie afin de renforcer l’unité du pays.

Vu le traitement que leur faisaient déjà subir les autorités russes avant la parution de cet oukaze, cette nouvelle agence n’annonce rien de bon pour les Tatars !

parodie oukaze

"Aujourd'hui, à l'aube, s'est abattu perfidement sur notre pays un nouvel oukaze présidentiel !!!"

Petit rappel historique : Le Commissariat du Peuple aux Nationalités (Народный комиссариат по делам национальностей) fut crée en 1917 et placé sous la direction de Staline.

ishot-39

Petite chronique judiciaire :

ishot-40

Dans le procès fabriqué contre Sentsov, le réalisateur ukrainien accusé d’avoir commis un acte terroriste à Simféropol le 9 mai 2014, deux de ses « complices », Afanassiev et  Tchirny, ont accepté de collaborer avec les enquêteurs et de charger Sentsov. Le premier n’a donc été condamné qu’à 7 ans d’emprisonnement ( !), le second sera jugé prochainement à huis clos par un tribunal de la région militaire de Rostov. Alexandre Koltchenko et Oleg Sentsov connaîtront leur sort d’ici quelques mois. Ils risquent 20 ans de camp. Parce qu'en Russie, être innocent ne suffit pas : il faut avouer ! https://openrussia.org/post/view/3920/

ishot-42

L'enquête sur l'assassinat de Boris Nemtsov semble avancer à grands pas ! Dadaïev déclare : "On m'a dit ce qu'il fallait que je dise et comment je devais le dire, j'ai été enlevé, torturé mais je suis innocent, j'ai un alibi et je ne savais même pas qui était ce Nemtsov.Le Comité d'Enquête déclare alors que Dadaïev a accepté de collaborer avec les enquêteurs et a reconnu sa culpabilité. Comme vous l'aurez compris, dans la Russie lenino-stalino-poutinienne, les mots innocent et coupable ont le même sens et sont donc interchangeables ...

http://www.svoboda.org/content/article/26932498.html

Mark Feygin, un des avocats de Nadia Savtchenko, est convoqué pour un entretien au Comité d’Enquête. On le suspecte d’avoir écrit un tweet extrémiste. Lequel, il l’ignore. Mais il subodore qu’on cherche ainsi à affaiblir le défense de Nadia Savtchenko en menaçant de le mettre sous les verrous. https://meduza.io/news/2015/04/01/mark-feygin-soobschil-o-proverke-ego-tvittera-na-ekstremizm

poutine tribune