Nadia Savtchenko est en grève de la faim depuis 7 semaines

ishot-5

novikov

Ilya Novikov : "Aucune des personnes dont, jusqu'à aujourd'hui, j'avais assuré la défense n'a su se défendre elle-même avec autant d'intelligence que Nadejda Savtchenko."

ishot-2

Vidéo de la démonstration expérimentale hier : https://www.youtube.com/watch?v=MfAFTHks2k8&feature=youtu.be

Novikov publie ce matin sur son compte twitter les enregistrements de quatre écoutes effectuées par le SBU : 

Un séparatiste annonce à 10h46 à Plotnitsky que ses hommes ont capturé Nadia : https://www.youtube.com/watch?v=335ecBpXXVo

Bolotov et Plotnitsky discutent des pertes qu’ils ont subies le 17 juin : https://www.youtube.com/watch?v=Dbaz_jgYGok

Bolotov raconte à des journalistes russes qu’une sniper ukrainienne a été capturée : https://www.youtube.com/watch?v=9ZSoAAszVCU

Bolotov annonce à Karpov que le FSB veut récupérer Nadia : https://www.youtube.com/watch?v=WgXhSTMwmt0&feature=youtu.be

ishot-7

L’audience d'aujourd'hui commence par une adresse de Nadia aux procureurs : « Je veux vous préciser ma position concernant les journalistes russes. C’est vrai, je n’aime pas les gens qui mentent et c’est pourquoi je n’aime pas la procurature non plus. Mais on ne tue pas pour cela, j’espère que c’est clair pour tous. Et en ce qui concerne le mot "ennemi" que j’emploie : un ennemi, c’est quelqu’un qui peut tuer. Alors oui, les hommes du FSB sont des ennemis. L’enfant russe qui vient de naître, la vieille dame russe à la retraite, bien sûr qu’ils ne sont pas pour moi des ennemis ! »

ishot-3

Novikov appelle à la barre le capitaine Dmitri Karakourktchi, un policier de Kharkov spécialiste en explosifs. Il a été souvent appelé comme expert devant des tribunaux ukrainiens en raison des nombreux attentats terroristes et actes de sabotage qui se sont produits à Kharkov.

Novikov : « Une vidéo des traces laissées par une explosion suffit-elle pour découvrir quel type d’engin a été utilisé ? »

Karakourktchi : « Tout à fait, bien qu’il soit toujours préférable de pouvoir se rendre sur place pour les analyser. Les tirs d’obus projettent des éclats en éventail, tandis que les éclats de mines se dispersent en cercle. Les traces laissées sur l’asphalte parlent d’elle-mêmes. De plus, des éclats fichés dans le corps du journaliste décédé Kornelyouk ont été transmis en 2014 à notre police par un collègue de Lougansk et j’ai pu procéder à leur analyse.

ishot-6

J’ai également visionné une vidéo filmée sur les lieux : à côté du trépied de la caméra se trouvait un éclat riche en informations. Je suis d’accord en gros avec les conclusions qu’ont tirées mes collègues russes, à quelques détails près : c’est étrange qu’ils n’aient trouvé aucune trace chimique de l’explosif à la surface des éclats, car il y en a toujours. Que le laboratoire du FSB, avec tout le matériel dont il dispose, n’ait pu en déceler aucune m’étonne beaucoup. J’ai avec moi une photo de l'excavation produite par l’explosion : tout spécialiste en explosifs vous dira qu’elle ressemble aux traces laissées par un tir d’artillerie et non de lance-mines. Ça pouvait être un Howitzer D-30 ou un Gvozdika tirés par une Nona. »

(Toutes mes excuses pour ce charabia : je ne comprends pas moi-même ce que je traduis : sans un dico technique spécialisé, je ne sais pas ce que signifie exactement взрыв осколочно-фугасного артиллерийского снаряда, снаряды с колпачком, je préfère donc ne pas écrire n’importe quoi, d'autant plus que je ne saisis pas l'importance de cette expertise pour la défense. Prouver peut-être que le tir qui a atteint les deux journalistes aurait pu venir des lignes séparatistes ? Comme on dit en russe "От добра добра не ищут" : Le mieux est l'ennemi du bien. )

Après l’interruption pour le déjeuner, Novikov demande à Karakourktchi s’il a vu la vidéo où l’on entend les explosions. Le témoin répond par l’affirmative, il en a compté trois, alors que les experts russes parlent de cinq. « On peut distinguer entre un tir de mortier et un tir d’artillerie par leur vitesse : on entend le sifflement du mortier avant qu’il n’atteigne sa cible, le bruit du tir d’artillerie ne retentit qu’un peu après. »

Nadia : « Si les journalistes avaient eu des gilets pare-balles de classe 6, Kornelyouk et Volochine auraient-ils survécu ? »

Karakourktchi : « Cela n’aurait pas sauvé Volochine. Kornelyouk peut-être. »

ishot-11

Le juge s’interrogeant sur la taille de l’orifice que laisse une balle, Novikov propose de faire apporter la tenue que portait Nadia quand elle a été capturée, puisque c’est manifestement la raison de cette question. Le témoin l’examine, il n’est pas expert en balistique et de plus la tenue a été lavée, ce qui a déformé la trame du tissu, il ne peut donc donner une réponse précise.

L’interrogatoire de l’expert est terminé. Manchine était convoqué aujourd’hui, il devait déposer en visioconférence depuis le tribunal Basmanny à Moscou. Polozov est à Moscou et il tweete : 

ishot-12

"Le tribunal Basmanny annonce qu'aucun interrogatoire de Manchine n'est prévu aujourd'hui et qu'il n'a reçu aucune demande en ce sens du tribunal de Donetsk."

Novikov lit les réponses qu'il a reçues de Sinyagovsky et Gadzikovsky, capturés en même temps que Nadia, à sa proposition de venir depuis Poltava pour déposer devant le tribunal. Ils ne viendront pas, mais donnent leur accord pour que Novikov lise le procès-verbal de leurs interrogatoires par les enquêteurs ukrainiens.

Le point essentiel du récit d'Alexandre Gadzigovsky : 

ishot-8

« Quand un séparatiste m'a attaché les mains, il m'a dit : "J'utilise le ceinturon de votre femme-sniper". Il était à peu près 10h25. »

ishot-14

Alors que le tribunal annonce une pause de quelques minutes, Vera montre à sa sœur le journal "Kultura : Espace spirituel de l’Eurasie russe" édité sous l’égide de Nikita Mikhalkov et commente : « Les années passent et ils continuent d’accuser l’Ukraine et Maïdan de tous les malheurs de la Russie ! »

Nadia : « Garde ton calme, ne cède pas aux provocations ! »

Vera, qui avait acheté la veille des livres dans une librairie de  Donetsk, les montre aux journalistes : « Ils éditent ça, et c’est nous qu’ils traitent de fascistes ! »

Nadia, quand les juges reviennent dans la salle, insiste sur l’importance de l’information contenue dans le procès-verbal de Gadzigovsky : « J’ai été capturée 10 minutes avant lui. Et c’est avec mon ceinturon qu’ils lui ont lié les mains à 10h25. »

Novikov demande à présent que soient jointes aux pièces du procès les documents d’experts et de témoins jusqu’alors refusés, car en ukrainien. Ils sont dorénavant traduits en russe, ainsi que l’a exigé le tribunal.

Les procureurs s’y opposent, suivis bien sûr par les juges.

Novikov dépose une nouvelle requête : « Je demande au tribunal de joindre aux pièces du procès les expertises du mât d’antenne, ce sont des originaux, tout y est, avec date et tampons. »

Le juge à Nadia : « Accusée, vous soutenez cette requête ? »

Nadia : « Vous commencez à me taper sur les nerfs, dites plutôt que ça ne vous arrange pas qu’il soit prouvé que je n’ai pas pu monter sur ce mât ! »

Le procureur : « Il n’y a pas de date sur ces documents et rien ne prouve que ce soit exactement l’antenne sur laquelle est montée Savtchenko. »

Le juge repousse donc la requête.

Novikov : « Vous ne voyez pas la date indiquée : 2004 ? Vous inventez n’importe quoi ! »

Le procureur demande au juge de donner un avertissement à Novikov. Ce que fait immédiatement le juge.

Novikov : « Comme vous voulez. Vous trouvez des prétextes au fur et à mesure… »

Le juge : « Ni le mois ni le jour ne sont indiqués, vous n’allez tout de même pas prétendre le contraire ! »

Novikov : « L’année est indiquée. Mais vous n’avez qu’un seul but : rejeter tout ce qui prouve l’innocence de Nadia Savtchenko. »

Fin de l’audience. La prochaine se tiendra lundi 8 février.

***

Pour rassurer les amis de l’Ukraine que nous sommes et que certaines positions françaises pouvaient inquiéter : Aujourd’hui, le parlement européen a adopté  (472 voix) une résolution selon laquelle il ne peut être question de lever les sanctions contre la Russie tant que l’Ukraine n’aura pas restauré son contrôle sur la Crimée : http://www.svoboda.org/content/article/27532166.html