Diffusion ici : https://www.youtube.com/watch?v=PMDUpSE3vBI

et ici : https://www.youtube.com/watch?v=1FqUgwpJ9Lk

ishot-3

Le convoi amène Nadia à Donetsk.

ishot-7

Les provocateurs devant le tribunal.

ishot-4

Il est 10h en Russie, l'audience a commencé, mais de nombreux journalistes font toujours la queue. Anton Naoumlyouk, celui dont je traduis au fur et à mesure le sténogramme des audiences : "Certains sont là depuis 2 heures, pour l'instant seuls ont pu pénétrer dans la salle les médias du Kremlin."

ishot-11

Les députés ukrainiens venus soutenir Nadia.

ishot-6

ishot-8

Ilya Novikov est présent, il s'entretient longuement avec Nadia, tandis que le juge poursuit son interminable monologue. Il décrit à présent la façon dont Nadia se serait "réfugiée" en Russie : comme hier, c'est juste la lecture de la fable concoctée par le Comité d'enquête et reprise par les procureurs dans l'acte d'accusation. 

ishot-9

A 11h 30, (heure de Moscou) on fait évacuer la salle pour "raisons de sécurité", tout le monde doit quitter le bâtiment. Novikov déclare aux journalistes pendant l’interruption : « Il reste au juge 15 pages à lire. »

ishot-10

L'audience reprend une demi-heure plus tard.

ishot-12

Le juge lit à présent les arguments de la défense (dépositions de Vera et des experts). 

ishot-13

Il annonce ensuite l'interruption jusqu'à 14h30. Quand elle reprend, les journalistes sont obligés de refaire la queue, alors que la police a fait entrer, sans même les fouiller, les provocateurs anti-Savtchenko : on a besoin d'eux pour que la propagande poutinienne fasse de belles images dans la salle.

ishot-15

Voici les tarés en question : belles gueules de titoushki !

ishot-16

ishot-17

On approche de l’énoncé du verdict. Le juge donne les motivations de la sentence qu’il va prononcer. Je résume : "Elle n’avait pas d’immunité au moment des faits, les expertises menées par la défense n’ont rien prouvé et ses témoins n'étaient pas fiables. En revanche, le tribunal n'a aucune raison de mettre en doute les témoins de l'accusation." Novikov lit ostensiblement un magazine, ce n'est pas dans cette salle de spectacle que se décidera le sort de Nadia...

ishot-19

A Moscou en ce moment : 

ishot-21

ishot-20

Les Omon se sont approchés de la délégation ukrainienne pour la maîtriser et la faire taire si elle manifeste des réactions à l'énoncé du verdict.

ishot-22

ishot-25

"Savtchenko est reconnue coupable de tous les crimes qui lui sont imputés. Il faut l'isoler de la société." Quand Nadia entonne en ukrainien : Ой судьи-суди вы же судить не будете  (sur l'air de Ой косы-косы вы мои) "Oh, les juges, vous ne me jugerez pas !", les juges font interrompre l'audience avant d'avoir annoncé la durée de la peine. 

ishot-24

Ils reviennent 30 minutes plus tard :

22 ans de camp 

Les procurateurs ne feront pas appel, ils sont contents.

ishot-26

Devant le tribunal, les provocateurs scandent : "La meurtrière a eu ce qu'elle mérite !" Des femmes crient "Hourra !"

ishot-32

Les avocats : "Nous nous attendions à ce verdict. Mais, nous vous l'affirmons, sous la pression internationale, ils ne l'enverront pas dans un camp ! Non, elle ne fera pas appel ! La sentence sera appliquable 10 jours ouvrés après son énoncé, soit vers le 5 avril. Nadia commencera alors une grève de la soif jusqu'à ce qu'elle soit rendue à l'Ukraine. Nous appelons les Ukrainiens et le monde entier à manifester et à multiplier leurs pressions."

Naoumlyouk a réussi à photographier les juges Stépanenko et Evguénya Tchernych :

ishot-33