ishot-24

Comme vous vous en souvenez, Feygin a posté hier une photo de Plotnitsky et Polozov, en sortant de la salle, a commenté le témoignage du terroriste lougandais. Le tribunal considère que c'est une infraction à la loi et que les deux avocats devront en répondre devant la justice. 

ishot-14

Feygin : "L'inculpation nous sera signifiée lorsque le tribunal prononcera son verdict contre Nadia Savtchenko."

ishot-15

"Nous continuerons à poster sur les réseaux sociaux, personne ne peut nous l'interdire et faire pression sur la défense."

ishot-16

Polozov (il est aujourd'hui à Kiev) : "Cela me rappelle l'histoire avec la juge Borovkova quand je défendais Oudaltsov. Elle aussi a voulu me coller une condamnation. Ça n'a pas marché : il a même fallu qu'elle change de nom."

ishot-17

"Maintenant, je me fais du souci pour les juges Khaïboulaïeva, Stepanenko et Tchernychov. Quels nouveaux noms vont-ils choisir ?"

L'audience est pour l'instant publique, l'Adipeux n'est pas encore là, en supposant qu'il revienne. L'accusation présente devant le tribunal les objets saisis sur Nadia au moment de sa capture. 

ishot-19

Novikov : "La seule chose intéressante, c'est le trou dans sa tenue de camouflage, qui correspond au point d'entrée d'une balle d'un calibre de 5.45 et explique sa blessure au bras."

ishot-20

Feygin : "Selon la version des enquêteurs, le carrefour de Metallist ne pouvait être aperçu que du haut du mât d'antenne de Stoukalova Balka. Il mesure 40 mètres.

ishot-21

"Alors nous répétons notre question : comment Savtchenko aurait-elle pu grimper sur ce mât avec un bras blessé pour corriger le feu ?"

ishot-22

L’accusation montre maintenant la vidéo de de l’interview de Maretsky par Tokarev, un correspondant de la chaine russe NTV. Ce pope séparatiste (nom de guerre Batiouchka) avait été arrêté à Kharkov par le bataillon Aydar alors qu’il effectuait un raid sur un bureau électoral avec des cosaques et vandalisait le local. A sa libération deux jours plus tard, il explique au journaliste que Savtchenko l’a torturé pendant son emprisonnement. "Elle me frappait sur les organes génitaux et menaçait de me fusiller. C'était la plus sadique de tous." Nadia : "Le tribunal a-t-il remarqué que c'est Tokarev qui lui souffle mon nom en dehors du champ de la caméra ?"

ishot-23

Novikov : "Le 25 mai Nadia votait à Kiev, où elle est inscrite comme électrice. Elle est ensuite retournée dans sa garnison à Brody. Cet homme ne l'a jamais vue."

ishot-26

La video suivante montre la conférence de presse de Bolotov. Il y parle de Savtchenko comme d’une pilote qui s’est battue en Irak, où elle corrigeait les tirs des snipers et des artilleurs :  

ishot-31

La 3ème video est une interview de Nadia pour la chaîne NTV : Elle y déclarait qu’elle ne corrigeait pas le feu, mais transmettait par téléphone ce qu’elle voyait. 

ishot-29

Nadia : « Si le fait de dire "plus à gauche, plus à droite" sans avoir reçu la formation nécessaire et sans une carte spéciale, cela s'appelle "corriger le tir", alors je suis correctrice de tirs !» L'accusation a bâti sa version sur cette phrase, la considérant comme un aveu.  

Après l'interruption pour le déjeuner, projection d'une 4ème video. C'est une interview par la BBC de Sergueï Melnitchouk, commandant du bataillon Aïdar, qui date de février 2015.

ishot-34

Novikov s'approche de l'écran et lit à voix haute le texte de ses déclarations qui y défile, car les procureurs sont silencieux, certaines phrases ne collant pas avec leur version. Melnitchouk : "C'est moi qui corrigeais le feu à ce moment-là sur la ligne de front."

ishot-33

ishot-35

Melnitchouk : "Les Russes avaient besoin d'une tête de Turc, ils voulaient qu'on leur montre quelqu'un avec qui ils pourraient faire joujou. C'est Nadia qui a été choisie pour les satisfaire."

Quand les procureurs décident de montrer certains fichiers numériques, Nadia les prévient : « Ça, c’est une carte mémoire pour les cameras de télévision, l’enquêteur a eu besoin d’un lecteur spécial pour la visionner. Vous n’avez pas le logiciel nécessaire sur votre notebook. Je dis ça, je dis rien.» Les procureurs ignorent sa remarque. Résultat : un carré noir s’affiche à l’écran. Nadia : « Tiens, Malevitch ! »

Les procureurs renoncent et montrent la suite de la vidéo de son interrogatoire. Nadia commente les images : « Ici, j’ai des menottes aux mains et des chaines à une seule jambe. C’est un Tchétchène qui m’a immobilisée ainsi, je ne connaissais pas cette méthode. C’est lui qui m’apporte maintenant à boire. Au début de l’interrogatoire, j’ai demandé quelle heure il était. On m'a répondu midi. A l’heure russe ou à la nôtre ? A la nôtre. » (Heure à laquelle les deux journalistes arrivaient seulement à Metallist...)

ishot-37

La 5ème video est une émission d'une heure et demie d'une chaîne de Saint Petersbourg sur la mort des deux journalistes. Nadia : "Je la connais, c'est un torrent d'insultes contre l'Ukraine. Accordez-moi une pause de cinq minutes."

Dans cette putasserie poutinienne, une musique pathétique accompagne la description des horreurs commises par l'armée ukrainienne contre de braves journalistes russes qu'elle a voulu faire taire. (C'était avant que l'acte d'accusation ne soit changé : à l'époque, Nadia était accusée d'avoir participé à l'assassinat de journalistes. Comme les enquêteurs se sont rendus compte qu'ils n'arriveraient pas à prouver qu'on pouvait de si loin reconnaître qui était journaliste et qui ne l'était pas, ce chef d'inculpation est oublié. Mais les procureurs s'obstinent à présenter une video obsolète et absurde.)

Voici le genre de phrases qu'on peut entendre dans ce film :  "Savtchenko, comme ces chiens enragés de Maïdan, au lieu de prendre des vacances en Turquie ou en Egypte, se distrait en tirant sur des journalistes qui voulaient juste nous montrer la vérité. Personne ne pourra nous faire taire, nous poursuivrons leur oeuvre ! Mais l’Occident à la solde du monstrueux Département d’état américain n’aura pas un seul mot de compassion pour ce meurtre horrible."

La 6ème vidéo est un reportage qui commence avec cette phrase d’un journaliste russe « Les séparatistes qui ont eu affaire à elle pendant les combats parlent d’elle comme d’une fanatique, qui a été spécialement envoyée à Lougansk dans un but inavouable. »

Nadia : « Et si vous nous montriez tous les journaux télévisés de toutes vos chaines qui ont parlé de moi ? Ne vous retenez surtout pas ! »

Les juges annoncent la fin de la séance de cinéma, cette propagande vieille d'un an et rendue si absurde par l'actualité semble les avoir fatigués. Et puis, est-ce bien prudent de leur part de raviver ainsi la haine quand Poutine devient copain comme cochon avec tout le monde ? Le scénario du procès a été écrit il y a si longtemps : les rewriters du Kremlin ont intérêt à se réveiller...

La prochaine audience aura lieu le lundi 23 novembre.

ishot-13

Hollande et Poutine unis contre le terrorisme.

ishot-38

Signaux désespérés d'amitié à l'Occident.