tcheb

ВВВ.ЧЕБУРАШКА.РФ

www.tchebourachka.fr ( = Fédération de Russie)

Maxime Kavdjaradze, membre du Conseil de la Fédération, propose de créer un internet russe auquel n’auront pas accès les USA et l’UE. D’après ses propres mots, on pourrait l’appeler Tchebourachka (http://fr.wikipedia.org/wiki/Tchebourachka) et le faire financer par les régions.

 

 

orekh

Réaction d’Anton Orekh 

http://echo.msk.ru/programs/repl/1309428-echo/

« Là, quelqu’un va me dire : mais qu’est-ce que vous avez à commenter toutes les sornettes de certains députés ou sénateurs ? C’est que, mes amis, ce sont justement les sornettes qui ont le plus de chance de devenir la norme dans notre vie. Plus l’idée est délirante et plus elle deviendra la règle. Et plus le député ou le sénateur sera extravagant ou puissant et plus volontiers on acceptera sa proposition. On nous a déjà annoncé que la Russie aurait bientôt ses propres cartes de crédit, et elles seront évidemment bien meilleures que toutes les Master Cards et autres Visas.

On nous a fait savoir que la Russie aurait bientôt sa propre agence de notation, bien évidemment tout à fait indépendante de l’Etat, et cette agence nous pondra des évaluations à faire pâlir d’envie Moody’s and Poor. On nous a martelé sur tous les tons que le dollar n’était qu’un bout de papier indexé sur rien et ne valant rien. Il est vrai qu’on ne nous a pas expliqué pourquoi on donne en échange de ce torchon jusqu’à 36 de nos roubles sonnants et trébuchants. N’oublions pas non plus comme le GLONASS, notre GPS à nous, fonctionne à merveille en Russie : il n’aura fallu que trente ans, plusieurs milliards et plein de spoutniks tombés au fond des océans ou perdant la boule quelque part dans l’espace cosmique  pour qu’il commence à indiquer une direction … mais pas toujours la bonne. Nous, on s’en fiche, c’est notre système à nous !

Le principe de tous ces projets n’est pas de rendre la vie aux Russes plus facile ni de leur permettre de profiter de tous les avantages et commodités dont disposent les citoyens du monde entier. Non, nous on a un tout autre but : puisque l’Univers se ligue contre nous et veut nous rayer de la surface de la terre, il faut qu’on se distingue, qu’on se sépare et qu’on creuse des tranchées. Qu’importe si notre agence de notation ne fera des évaluations que pour la Russie, ce seront les nôtres et elles seront élevées. Qu’importe si notre système de paiement par carte sera tel qu’il sera plus simple d’apporter nous-mêmes l’argent dans un sac pour régler nos achats puisque, grâce à lui, les copains de Poutine n’auront plus de problèmes à l’étranger avec leurs Gold et leurs Premium. Et qu’importe si on n’a plus de dollars, de toute façon la majorité de la population n’en possède pas et risque fort de ne plus avoir de roubles non plus.

On va vite se souvenir que la véritable devise forte en Russie a toujours été un liquide à 40° et qu’aucun dollar ne peut surpasser le taux de conversion d’un demi-litre. Et pas la peine de se lamenter si notre Internet à nous fonctionnera de telle façon qu’il faudra attendre le soir pour voir s’afficher le site qu’on avait cherché à atteindre le matin. En revanche, ce nom de Tchebourachka va lui convenir à merveille : le nom d’un animal inconnu de la science. »