lettre

Etant donné mon état de santé critique et les changements pathologiques dont commencent à souffrir mes organes ils ont décidé de me nourrir de force sans que j’aie mon mot à dire. Selon eux, je ne suis plus en état de juger correctement des risques encourus par mon organisme. Ils prévoient de me nourrir de force en utilisant des méthodes de réanimation. Dans ces conditions, je suis contraint de cesser ma grève de la faim à partir de demain, le 6 octobre 2018. 145 jours de combat, 20 kg en moins et un organisme malade… Mais je n’ai pas atteint mon but. Je suis reconnaissant à tous ceux qui m’ont soutenu et je demande pardon à ceux dont j’ai trahi la confiance…

Gloire à l’Ukraine !

Oleg Sentsov, 5 octobre 2018